The game of pride or you win or you die ∇ WILL
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez|

The game of pride or you win or you die ∇ WILL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The game of pride or you win or you die ∇ WILL Lun 27 Jan - 5:54


Fou et tellement évident que je ne trouve plus de sens
A ce jeu excitant. Si bon mais si lassant...
Will & Céphei


Tu traverses la piste et la mer de gens qui l’occupe, tu t’y caches et t’y noies. La tête ailleurs tu te laisses entraîner par la musique, la mélodie te portant à travers la foule, tes paupières se ferment doucement et tu repenses à ce qu’il t’a dit Ca t’éclate tant que ça de faire chier ton monde bien sûr, cela t’amuses mais pas seulement…car la vérité que tu dissimule aux autres comme à toi-même c’est que c’est une manière comme une autre d’attirer cette attention que tu réclames et dont tu as tant besoin. Tu as besoin de bruit, d'action, de fête, de compagnie, il ne te faut aucune pause. Il faut qu'il y ait toujours du mouvement dans ta vie, pour te faire oublier la réalité des choses, pour que tu gardes toujours un peu fermés, tes yeux trop fatigués d'avoir dansé. Pour que ton esprit ne se questionne pas sur le pourquoi de ton existence. Comme tellement d’autres cons. On sort, on boit, on fume, on baise, mais surtout on n'aime pas, on n'aime plus, souffre et on croit que c'est à cause des autres. Ils se croient entourés mais la vie n'est que solitude, ils sont côte à côte mais pourtant si loin les uns des autres. Tu regardes ceux que tu aimes dans les yeux, et tu vois, tu n’es entourée que d'énigmes, que de mystères, tout autour de toi se trouvent des portes sans serrure, des êtres qui ne t’appartiendront jamais…comme lui. Personne ne connaît personne, personne ne comprend personne, c'est simple. Tu ne sais pas à quoi rime la vie au fond. Tout ce que tu veux c'est ne jamais avoir à être seule, face au silence, face au miroir qui renvoie à ta rétine l'image de la prison dans laquelle tu es enfermée à vie. Tu fuis la solitude et restes effrayée à l'idée de te retrouver seuls avec toi-même. Tu ressasses ses dernières paroles dans ta tête, il t’a laissé là, comme une conne dans cette boîte pleine à craquée. Tu l’as provoqué comme à ton habitude, tu ne sais faire que ça. Elias s’est tiré et tu te souviens même plus pourquoi tu es venu ici à l’origine. T’es bourrée, cokée, ennuyée, agacée, avide de changements, en colère, amère. D’un seul coup tu rouvres les yeux et t’extirpes de là, tu veux fuir l’habitacle au plus vite, ici, tu t’asphyxie.

Pourtant une silhouette finit par retenir ton attention, tu comptais te barrer mais avant même d’atteindre les vestiaires tes iris azurées ont été alarmé par la scène qui se je joue à quelques mètres de toi. Il est là nonchalant dans le carré VIP à siroter sa bière, il lui lance un sourire charmeur, sourire presque mielleux qui te donnes juste envie de gerber. Elle, elle minaude, elle rit à s’en décrocher la mâchoire alors qu’au fond il n’est sûrement pas aussi drôle qu’elle le prétend. Et cette dinde ne voit-elle pas qu’il la manipule ? Il la charme subtilement pour l’attirer dans ses draps bien trop chers pour une nuit bien trop courte. Il la jettera le matin venu parce qu’à ses yeux vous êtes toutes recyclables. De quoi te plains-tu toi qui fais constamment la même chose avec tes conquêtes nocturnes ? Tu fronces les sourcils, si tu peux le remplacer tu n’aimes pas qu’il le fasse. William. Cela fait des jours que tu ne l’as pas vu, tu ne sais même pas pourquoi. A dire vrai ce n’est pas comme ça entre vous, il n’y a pas de rendez-vous, pas d’appels prémédités, vous êtes plutôt du genre à vous en faire voir de toutes les couleurs à chaque fois, pourtant étrangement une part de toi sait qu’il t’a manqué. Un sourire malicieux se dessine alors sur tes lèvres alors que tu te diriges vers les toilettes pour femmes. Une autre fille occupe le lavabo, tu la vires sans ménagements « Dégage de là » choquée elle n’a même pas le temps de répliquer que tu la pousses hors de la pièce. Un vraie garce, mais tu ne t’en es jamais caché. Rapidement tu te remets du rouge à lèvres sur la bouche, ajutant ton short tu te contemples silencieuse dans la glace, te demandant si tu es assez jolie, si tu es assez bien. Tu as beau te donner cet air en fait tu n’es jamais sur.  Tu ressors tous tes sens aux aguets et fais semblant de heurter un jeu homme par inadvertance, l’air de rien tu lui subtilises son pass VIP « Excusez-moi… » Tu dissimules ta tromperie derrière un sourire enjôleur, tous n’y voient que du feu et il ne déroge pas à la règle.

D’un pas assuré tu t’engages vers eux, ton portable à l’oreille tu fais semblant de discuter quand tu viens les rejoindre sans aucune gêne « Ecoutez Maria vous n’avez cas…jsais pas moi lui chanter une berceuse, vous êtes sa nurse non ? Vous trouverez bien quelque chose….Oh et embrassez-la pour nous. » Tu raccroches en soupirant tout en prenant place près de Will passant doucement, mais non moins visiblement, une main sur sa cuisse tout en adressant un large sourire à la demoiselle avec qui il discutait à peine deux minutes plus tôt. « Désolé, c’était encore Maria impossible d’endormir Ambre elle n’arrête pas de pleurer. Moi qui pensais qu’on pourrait enfin avoir une soirée tranquille… » Will te lance un regard accusateur, t’es en train de lui saborder son coup, il le sait, tu le sais, seule la blondinette en face de vous n’a pas encore compris alors tu en rajoutes une couche « Je ne comprend pas à cet âge là ils sont sensés avoir fait leurs nuits non ? » Tu t’adresses à la gourde bien que ce soit une question qui ne demande pas de réponse « Je suis incorrigible je ne me suis même pas présentée. Rose Abegnale enchantée, et vous êtes ? » « Cara Sullivan de même…Euuu…Je vais vous laisser on m’attend au bar. Bonne soirée ! » « Oh vous partez déjà… » A peine as-tu prononcé ces derniers mots qu’elle se lève et s’éloigne « …Quel dommage. » Tu en profites pour appeler le serveur et te commander un cosmo tandis qu’un rictus espiègle orne ton visage tu lui lances un regard triomphant « Ta nouvelle amie est partie bien vite…Dis donc, t’aurais pas un peu perdu la main ? » Tu lui ris presque au nez moqueuse et satisfaite du tour que tu lui as joué, ce n’est pas la première fois, quoi que le coup du couple marié avec un gosse en bas-âge si. T’aimes bien te renouveler et tester des variantes et d’ailleurs t’as décidé d’enfoncer le clou à ce propos « Ne bois pas trop demain c’est toi qui amène la ptite à la crèche. » Tu sais qu’il n’aime pas quand tu envahis son espace, c’est pour ça que tu ne te prive pas. Tu ne fais toujours le contraire de ce qu’on attend de toi, Elias t’a énervé et tu es d’humeur mesquine, tant pis c’est William qui en fera les frais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The game of pride or you win or you die ∇ WILL Lun 27 Jan - 13:07

C'est vrai que t'es pas la nana la plus intelligente de la terre. Mes blagues vaseuses te font rire, tu rejettes la tête en arrière, tes cheveux d'un blond pur découvrant ta gorge blanche au prédateur. Stupide enfant, si tu savais ce qui t'attend. Mais je t'aime, tu sais, ton sourire creux, tes yeux vides, ton âme totalement, complètement dévouée au premier capable de t'aimer. Ce soir, ce sera moi. Parce que c'est comme ça, parce que j'en ai envie. Tu ne m'appartiens pas et tu ne m'appartiendras jamais mais, va, ce soir, on fera comme si. On fera valser les conventions et puis, on s'enverra en l'air parce que ça nous amuse et qu'on s'en fout. C'est ça, on s'en fout. Je me penche vers toi, je continue sur ma lancée, je ris de te voir rire. Tu me rends ivre, ou alors est-ce l'alcool qui coule et qui dégouline, encore et encore. On s'en fout, je te dis. Saoulons nous.

Une voix, tranchante, étonnamment claire, résonne non loin. Désolé, Cara. C'était obligé, ce n'est pas la première fois pas vrai, Cephei. Je t'assassine du regard. Le problème avec toi, c'est que tu resplendis tellement que les autres n'ont aucune chance. Tu prends tout l'espace disponible, et tu t'étales, tu prends la place qu'il te faut et plus encore, laissant traîner une main sur ma cuisse en jouant ton petit jeu pervers. Le regard de la blonde glisse sur la vision de ce couple et sur moi, l'ingrat qui ose la séduire alors que la légitime sillonne la piste non loin. Et ça n'en finit par de faire le cinéma, ça t'amuse tellement qu'on verrait presque ta satisfaction suinter par tous les pores de ton long corps sculpté. La blonde s'en va, loin de moi, mon enthousiasme pour cette nuit qui s'annonçait plutôt correcte retombe comme un soufflet. Va chier Cephei, je pense. Et puis, « Va chier Cephei. », je jure, à voix basse. Cul sec, l'alcool siphonné jusqu'à la dernière goutte, et j'en redemande parce qu'il me faut bien ça pour faire passer tes sarcasmes. Pour toi, ce sera un cosmo et pour moi, un whisky. « C'est vrai qu'à force de te voir traîner partout, les autres ont l'air de croire que je ne suis pas dispo. Bizarre hein. » Ce n'est pas la première fois, effectivement, que tu les chasses, ces belles potentielles. T'agaceraient-elle, Cephei ? Serais-tu un brin possessive ? Acide, j'observe ces traits que je connais si bien, ces lèvres rouges, ce nez fin, ces yeux, espiègles, coquins. Pourquoi faut-il que tu sois aussi envahissante, Cephei. Ça pourrait fonctionner si tu faisais un effort. Même si je n'en fais pas, c'est vrai. A trop se ressembler, nous allons nous briser sur les écueils de nos fierté respectives. Le serveur revient, nos commandes au bout des doigts, promesse d'un oubli bienvenu. Le whisky brûle, bien plus que l'insipide bière mais, il m'en faut plus, quand tu es là. Tu te rends compte. Et tes mots claquent, moqueurs. A ton habitude. « Je ne savais pas que c'était demain que tu allais à la crèche, ta nounou a oublié de m'en informer. ». Je pourrais t'en vouloir, rattraper le coup avec la belle que tu viens de chasser d'un revers de main, mais, tu es toi et, je suis faible. Il en faudrait plus pour m'agacer, si tu veux jouer, joues. Mais joues bien. Un sourire glisse sur mes lèvres. « Et elles sont ou tes conquêtes, à toi ? Ou il est ton tatoué ? » je glisse. « Elias, c'est pas ça ? » Ou il est ton grand brun, y'a pas deux minutes, j'avais déjà pensé à te soustraire, à lui subtiliser ce qui m'appartenait mais, je crois que tu t'en sors très bien toute seule. Finalement il n'a pas voulu de toi. Quel homme intelligent. Bien plus que moi, l'idiot. A ton expression je sais que j'ai marqué un point. Je ne sais rien de vous, et je m'en fiche. Je rends coup pour coup, c'est tout, et si ça marche, tant mieux pour moi et tant pis pour toi. « Allez fais pas cette tête, Ceph. » Je glisse une main derrière ta nuque, le pouce qui glisse subrepticement sur ta joue à la peau pâle, mes lèvre venant butiner les tiennes comme si de rien n'était. Comme si j'en disposais à mon bon vouloir mais, avoue-le, c'est probablement le cas. Je m'écarte avant que le coup ne parte, et d'un geste brusque, je chasse ta main et me relève. Loin de toi, peste. Je sais que tu ne laisseras pas tomber. Ça t'amuse tellement, ce serait dommage de me laisser partir, moi, le jouet tout désigné pour les soirs ou tu t'ennuies. Le verre à la main, je m'enfonce dans la foule, quittant le carré, lui  préférant la foule et la frénésie qui règne sur la piste. Je sirote la liqueur et à mi-chemin de la fin le pose sur la première table venue. Tu me suis, docile, furieuse, guidée par ta seule horreur de la solitude. Le sourire qui fend mon visage frôle l'indécence et ne manquera pas de t'agacer, pas vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The game of pride or you win or you die ∇ WILL Mar 28 Jan - 4:00


Fou et tellement évident que je ne trouve plus de sens
A ce jeu excitant. Si bon mais si lassant...
Will & Céphei


Il est mécontent, toi, ça te fait rire. Comme la blonde qui vient de filer bien que tes raisons soient autres, tu ne ris pas avec lui, tu ris de lui et c’est là la nuance qui l’agace tandis qu’il t’envoie sur les roses « Etrange en effet…Il faudrait peut être leur dire qu’on pratique le triolisme, tu crois que ça retiendrait leur attention ? » Lui adressant un sourire innocent tu feins de jouer les ignorantes, tu es bien heureuse de les faire fuir, tu n’aimes pas le savoir dans d’autres bras et encore moins qu’il s’affiche sous ton nez. Pour autant tu ne clame pas ouvertement la jalousie dévorante qui prend part de toi à chaque fois que tu le croises accompagné, tu préfères les faire décamper de manière plus ou moins subtile, tu es joueuse, tu l’as toujours été. « Tu sais ce qu’on dit…Mieux vaut être seul que mal accompagné, pas vrai ? C’est un dicton que j’aime bien. » Tu souris de plus belle, de le savoir libre, libre pour toi, parce que tu sais parfaitement que cette petite mascarade n’est pas innocente, tu es venue pour t’amuser, tu resteras pour lui. Ta compagnie toi tu la trouves au détour d’un couloir, cela pourrait être ce gars là-bas près de l’entrée, cette fille qui rit sur le canapé à côté de vous, cet autre type qui dansait avec toi tout à l’heure. Parce qu’au fond tu ne fais pas attention, tes nuits se ressemblent et tu t’en moques, c’est ainsi que tu te libères et t’échappes de cette existence de merde dans laquelle tu te sens étouffer. Sauf peut être avec lui, avec lui tu ne veux jamais céder et pourtant tu te retrouves à baisser ta garde malgré toi, c’est pas prémédité ce type te fais juste sortir de tes gonds et franchement ? Tu adores ça. Seulement tu n’aimes pas lâcher prise, alors tu fais comme d’ordinaire, tu fou tout en l’air. Tu lui parles toujours avec l’intention évidente de l’énerver, tu recherches cette agacement, tu veux le pousser à bout, le tester parce que c’est ce que tu fais constamment. « Je te pardonne dans ma grande générosité…Tu n’as qu’à me garder à la place de la nounou… » Tes mots glissent dans une voix de velours cette fois tandis que ta main suit le mouvement et remonte à l’intérieur de sa cuisse, tes lèvres s’apprêtent à attraper les siennes mais il a un mot de trop, le nom d’Elias claque méchamment à ton oreille et il n’en faut pas plus pour que tu reprennes tes distances. Tu te recules, t’échappes, t’éloignes, ton regard quitte le sien et plonge dans ton verre d’alcool pas assez corsé à ton goût. Tes lèvres viennent goûter le cocktail à la place de sa bouche, t’as perdu ton sourire et même l’envie de jouer tout d’un coup, t’es venue le trouver pour oublier l’affront que t’a faire subir ton ami et tu détestes sa manière de te le rappeler. Tu ne sais pas trop ce qui t’énerve le plus, le fait qu’il te sache ici depuis le début et t’ait volontairement ignoré ou seulement qu’il prenne la liberté de te parler d’Elias. T’as envie de lui faire ravaler son petit rictus en coin, il a prit la main et s’en doute bien, tu dégages ses doigts d’un coup d’épaule quand il tente de t’apaiser comme on donnerait un tape sur la tête d’un chien. Tu rumines t’éprouves même pas le désir de lui répondre t’es juste furieuse, tu n’aimes pas qu’on prenne le dessus sur toi, qu’on s’amuse avec tes failles et encore moins quand ça vient de lui. C’est petit, et fourbe, c’est très toi en fait raison de plus pour lui en vouloir, t’as l’habitude de mener la danse alors l’effet boomrang te déstabilise quelque peu. Il finit par te voler un baiser, tu manques de lui mordre la lèvre revancharde mais ta main part en premier, arrêtée dans son élan elle se crispe sur la table tandis qu’il se relève, tu le maudis secrètement. Tu le détestes. Problème, tu l’aimes aussi bien plus que tu ne veux l’avouer. Il bouscule ton petit confort d’une manière que tu exècres et adores en même temps, un paradoxe dont tu as dû mal à te passer.

Tu le suis sans te rendre vraiment compte que c’est ce qu’il attend, t’as juste pas l’intention de le laisser fuir aussi facilement et surtout tu ne veux pas rentrer chez toi cette nuit, tu as trop peur de suivre tes envies, tu suis toujours tes envies mais dans un cas précis il t’est interdit d’y céder et t’es dégoûtée et frustrée de ce manque qui te ronge. T’essayes d’évacuer ton mal être sur Will sans ignorer que ça ne fonctionne pas aussi bien qu’au début « Franchement tu aurais quand même pu trouver mieux que cette blonde insipide… » Siffles-tu entre tes dents sillonnant la foule du regard « Quoi que, peut être pas. » Un sourire mauvais et plein d’amertume se dessine sur tes lèvres, il s’adresse à lui et à tout ces autres qui se déhanchent sous vos yeux, tu les méprisent, tous autant qu’ils sont. Même lui tu le méprises. Tu ne veux pas de ses commentaires ni de son approbation, tu veux juste qu’il te fasse oublier ta solitude du soir, seulement tu ne parviens pas à le jeter et le prendre aussi facilement qu’avant, t’as fini par développer une forme d’attachement et t’aimes pas te sentir ligoter ainsi. Il te trouve étouffante ? C’est amusant, toi aussi t’as l’impression de t’asphyxier, tu pollues ton propre air en fait « En un sens je t’ai plutôt rendu service, tu devrais me remercier. » T’es sacrément gonflée mais peu importe, ce n’est pas comme s’il s’attendait à des excuses ou quelque chose s’y approchant, t’as trop de fierté pour lui dire tout simplement que tu ne veux pas le voir avec d’autres femmes que toi. Tu n’aimes pas les voir avec d’autres que toi, t’as besoin d’être la numéro un, tout le temps, pour tout le monde. Dans le cas inverse tu perds pied, plus que leur attention, tu veux leur amour et tant pis si tu ne mets pas la même chose dans la balance. « Je t’ai connu plus…reconnaissant. » Tu viens de lui couper la route te mettant carrément en travers de son chemin, t’attrapes les pans de sa veste de tes doigts graciles « Ne me dis pas que tu n’es pas content de me voir, je ne te croirais pas. » Aguicheuse tu tentes de noyer le poisson, tu ne veux pas lui montrer qu’il parvient à t’atteindre, jamais tu ne baisseras les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The game of pride or you win or you die ∇ WILL

Revenir en haut Aller en bas

The game of pride or you win or you die ∇ WILL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Eyeshield 21 saison 2 Sur Game One en mai
» Game of Thrones
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» Soirée 2 ♣ Gay Pride

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 3.0 :: Cimetière rpgique-