Cap ou pas Cap ? [Solel]
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez

Cap ou pas Cap ? [Solel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyLun 27 Jan - 15:47

SOHEL & LILY JOY

Cap ou pas Cap ? [Solel] 135506rosie3

18H00. Le matin pour certains. Entres les insomniaques et les ivrognes, tu avais vite fait ton choix, même si tu connaissais les conséquences mieux que quiconque : une migraine affreuse, et la gueule de bois. Ouvrant difficilement les yeux, quelque chose te surprit : un homme, nu, dans ton lit. C'était qui celui-là ? Tes traits prenant la forment d'une grimace tu te posas la question un moment, mais l'esprit trop embrumer tu finis par lâcher l'affaire. Qu'importe. Le poussant cependant pour qu'il tombe du lit et ce réveil sans la moindre douceur, il n'eut pas le temps de l'ouvrir pour t'insulter qu'un « Dégage. » Le coupa dans son élan. Tu n'aimais pas les surprises le matin, pas du tout, tu étais de mauvaise humeur non pas parce qu'un inconnu avait partagé ton lit, mais parce qu'à la lumière du jour bah ... Il n'était pas si terrible. Te levant à ton tour en ne le regardant même pas partir, tu te dirigeas directement vers la salle de bains. Une douche. Vite. L'eau brûlante coulait sur ta peau, frissonnant, rien n'était plus agréable à tes yeux qu'une douche matinale. Une fois plus en état, l'heure du dîner sonna. L'appartement était calme, trop calme et tu n'aimais pas ça, ça te rappelait que dans ce monde, tu étais seule depuis la mort de ton frère. L'appétit coupait, tu laissas ton assiette là où tu l'avais laissé, pour aller te recoucher ...

23h30. L'air était lourd, l'odeur de la nicotine était pesante, le son de la musique tapait violemment contre les vitres, et la vodka te brûlait la gorge. Bon dieu que tu te sentais bien à ce moment-là, ton esprit planant au rythme de la musique, l'alcool coulait doucement dans tes veines. Ouais t'étais pompette, et alors ? C'est dans ces moments-là où tu te sentais le mieux. Oubliant tes saloperies de problèmes, mais surtout ce passé qui te pourrissait l'existence. Fuyant cette dure réalité, la vodka te libérer, et la musique te séduisait. Ton corps se trémoussant au rythme de chaque note, bouteille à la main, tu fumais ta clope complètement dans ton monde. C'était là le prélude d'une énième soirée arrosée, et ton compagnon de jeu était aux abonné absents, alors tu l'attendais patiemment comme chaque soir. Solel. Sous les traits d'un ange se cachait un bad boy, joueur et quelque peu salopard. Un toi, version mec. Un peu moins « garce » cependant. Ton colocataire, mais faisant également office d'échappatoire. Il ne le savait pas, mais il t'aidait à fuir cette réalité avec votre jeu à la con. Tu ne sais plus comment ça a commencé exactement, tu te rappelles juste de cette phrase « T'es cap de faire un striptease, là tout de suite ? » Et la réponse d'une joueuse était celle-ci « Ouais, cap ! » Le jeu n'a jamais eu de fin, aucune règle non plus, s'enfonçant tous les deux toujours un peu plus. Dangereux ? RIEN.A.FOUTRE. Le jeu était fun, c'était tout ce qui comptait.


CODE BY .INFINITY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyMar 28 Jan - 3:50


cap ou pas cap ?
lily & solel


Solel jeta un coup d’œil à son portable : vingt-trois heures trente. Il se leva, s’étira et déposa un baiser sur le front de la jeune fille. « Je dois y aller ! Merci pour la soirée ! » Sa sœur grogna en se laissant tomber lourdement sur le canapé. Solel avait promis à sa colocataire Lily de passer la soirée avec elle. Pour eux, soirée signifiait bien entendu la fin de soirée, à l’heure où tout le monde commençait à avoir envie de dormir. C’était plus amusant comme ça, sans aucun doute. Il alluma une cigarette sur le chemin, qu’il fuma avec un bonheur incommensurable. Là était là différence entre sa sœur et sa colocataire : d’un côté il appréciait le côté sage et sain de sa famille, et de l’autre de jouer avec sa santé et ses limites pour avoir la sensation d’être vivant. Lily savait parfaitement bien lui donner cette impression que le monde était à ses pieds, grâce à un jeu qu’ils aimaient tous les deux. Il frissonna légèrement en se demandant ce qui pouvait bien l’attendre ce soir-là et poussa la porte de l’immeuble dans lequel tous deux résidaient depuis peu. Solel sourit légèrement en entendant la musique jusque dans le couloir de l’immeuble, sachant pertinemment que ça venait de chez eux et que les voisins risquaient de péter un câble ; ça aussi, c’était amusant. Le jeune homme referma la porte derrière lui et se dirigea vers le salon, dans lequel Lily dansait, une bouteille à la main. Dans quel était s’était-elle mise seule, encore ? Il se glissa dans son dos et l’attrapa par la taille, avant de lui ôter la bouteille des mains. Solel relâcha la jeune fille aussitôt et recula de quelques pas, portant le goulot à ses lèvres. « Je vois que t’as commencé à boire sans moi, traitresse. » Il lui fit un clin d’œil et but encore une gorgée de vodka, appréciant la brûlure que provoquait l’alcool dans sa gorge. Solel tendit alors la bouteille à Lily pour qu’elle la récupère et s’empara du poignet de la jeune fille pour porter ses lèvres à la cigarette qu’elle fumait. Là non plus il ne lui demanda pas son avis et aspira une bouffée de fumer qu’il recracha au-dessus de sa tête. Puis il en aspira une deuxième qu’il recracha directement sur le visage de Lily, avec un sourire provocateur. Dieu que cette fille était cool ! Leur relation avait pris un tournant étrange, presque malsain, mais tous deux s’en satisfaisaient largement. Ils n’avaient pas bonne influence sur l’autre, ça c’était certain, mais peu importait. « Je vais me changer, sois sage. » Il lui pinça les fesses au passage et s’empara du sac qu’il avait posé sur le fauteuil en entrant dans la pièce, avant de se diriger vers sa chambre. Pour une fois, celle-ci était rangée et il s’en étonnait lui-même. Il laissa ses affaires tomber au sol, histoire de commencer à déranger un peu ce trop plein de propreté et ôta ses vêtements qu’il jeta sur la chaise de bureau. Il enfila un tee-shirt blanc et un pantalon bordeaux, premiers vêtements tombant sous sa main, et retourna au salon. Il s’assit sur le canapé et décida de rouler un joint, parce que passer une soirée sans ça c’était hors de question. « Cap de me faire un câlin ? » lança-t-il à Lily d’une voix douce, plus que provocatrice. En fait, ce soir, Solel se sentait triste. Cela faisait dix ans jour pour jour qu’il avait été adopté, et des souvenirs plus ou moins douloureux remontaient à la surface. Il se sentit planer après avoir tiré longuement sur le morceau de poison qu’il proposa à Lily. Tous deux étaient vraiment des cas perdus, et ils n’étaient pas heureux ainsi. C’était juste une illusion, censée berner les autres, ce qui marchait à la perfection. Ils passaient pour des monstres sans cœurs et irresponsables, étaient aussi haïs que ce qu’ils étaient admirés … Mais au fond, de quoi tiraient-ils leur joie ? A quoi cela menait-il, à part à une mort certaine et prématurée ? Il ferma les yeux et soupira, le corps léger. Solel pouvait bien crever, il s’en fichait. Il était léger, et rien ne pouvait l’atteindre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyMar 28 Jan - 17:31

SOHEL & LILY JOY

Cap ou pas Cap ? [Solel] 135506rosie3

La musique allait si fort que tu ne l'avais pas entendu rentrer, se glissant derrière toi, tu finis par le remarquer. Inutile de le regarder, tu savais très bien qui c'était, son parfum ne te trompait pas et te prenant par la taille, il te priva de cette bouteille libératrice. D'habitude égoïste, tu avais appris à partager avec lui, il le fallait bien avec un caractère comme le sien. Partageant, ce qui était à lui était à toi, et ce qui était à toi était à lui, tout simplement. « Je vois que t'as commencé à boire sans moi, traîtresse. » Esquissant un sourire, tu lui fis une mine innocente « Tu te fais toujours désirer, et comme je ne suis pas patiente ... » Oh non, tu ne l'étais pas au grand dam de beaucoup de gens. Tu voulais tout, tout de suite. Attendre ce n'était pas ton truc, alors comme souvent depuis votre cohabitation, tu ouvrais le bal en l'attendant, tu avais le temps de te mettre dans l'ambiance au moins. Te redonnant cette bouteille presque vide, il continua de se servir, en te prenant ta clope sans forme de politesse et pas le moins du monde froisser, tu savais à quoi t'attendre avec lui, mieux tu lui rendais la pareille, te servant sans demander préavis. À deux, vous étiez les rois du monde, ne se pliant pas aux règles, vous vous imposiez l'un à l'autre, mais également au monde. Recrachant cette hideuse fumée sur ton visage, il te sourit de façon provocatrice. Tu aimais ça en lui, si semblable tous les deux. Il était dangereux que vous soyez dans la même pièce, mais peu importe ce que les gens disaient, c'était bien ainsi. « Je vais me changer, sois sage. » Laissant entendre un petit rire, tu te laissas docilement faire. « Toujours ! » Aussi étrange soit votre relation et aussi tactile soit-elle rien de sexuel ne s'était jamais produit entre vous, les provocations ont toujours fusé pourtant, bien présentes, engendrant parfois des situations très ardentes, et pourtant l'un de vous s'arrêtait toujours, par pur sadisme en se frustrant mutuellement.
Te laissant seule quelques minutes qui te permirent de te défouler au son de la musique, il finit par revenir avec de nouveaux vêtements, prenant place sur le canapé pour rouler un joint. Une fête sans beuh ni alcool n'était pas une vraie soirée, du moins pour vous deux. Oh, tu ne touchais plus à ce genre de merde qu'était l'héroïne ou l'ecstasy, ça faisait un moment déjà que tu étais clean, mais tu ne refusais pas ces moments de plénitude que t'apportait cette herbe. Jamais. « Cap de me faire un câlin ? » Au son de sa voix, tu compris qu'il n'était pas bien dans ses pompes. En général, il te demandait de l'affection quand il ne se sentait pas bien. « Cap ! » Un défi bien facile et que tu ne refusas pas, pas parce que tu avais peur de perdre, mais bien parce qu'il avait besoin de toi. Vous étiez de beaux comédiens en façade durs, et impitoyable, alors que derrière le rideau la vérité était plus choquante. T'installant toi-même dans ce canapé à côté de lui, tu te logeas d'abord contre son torse, enroulant tes bras au niveau de son ventre. Tu te faisais passer pour une garce, mais au fond, tu avais peur de la solitude. Tu dépendais de la présence des autres autour de toi, pitoyable, c'était chiant à avouer hein ? Prenant le joint qu'il te proposa, tu tiras quelques lattes dessus, la fumée te brûlant la gorge, tu retins ta respiration volontairement pour la garder dans tes poumons, que l'effet arrive plus vite. Puis le repassant à ton colocataire, tu pris une position plus confortable. Tes fesses entrent ses jambes, ton dos s'adossa à un coussin.
Vêtue uniquement d'un débardeur, et d'un mini short en guise de pyjama, tu commençais pourtant à avoir chaud. Reprenant cette bouteille de vodka, tu en bues une gorgée. La beuh et l'alcool ne faisait pas bon ménage pour certain, mais pour toi il n'y avait rien de meilleur. Le regardant longuement dans un silence que l'on pouvait remarquer malgré cette musique, tu te demandais s'il valait mieux lui changer les idées ou être à l'écoute de ce dernier si jamais il voulait en parler. Dilemme vite résolu, tu allais faire les deux. Esquissant un sourire, l'alcool faisait souvent parler les gens. Alors remontant ce bout de tissu pour lui dévoiler ton ventre jusqu'à la naissance de ta poitrine, tu versas de la vodka sur ton nombril. « Cap de jouer au body shoot ? » Le body shooter, un jeu à la fois drôle et sexy ...


CODE BY .INFINITY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyMer 29 Jan - 13:02


cap ou pas cap ?
lily & solel


« Cap ! » Solel sourit tandis que Lily le rejoignait sur le canapé pour le serrer dans ses bras. Il aurait pu lui dire merci, mais ça ne faisait pas partie des règles. Ils se cherchaient, ils se chauffaient, se provoquaient, se haïssaient, jouaient. En aucun cas ils ne se disaient merci, ou grâce à toi je me sens bien. La vie ne les avait pas réunis pour qu’ils se murmurent des mots d’amour en se regardant dans les yeux. Elle les avait réunis pour s’apprécier en silence et ne montrer que le côté malsain de leur relation qui semblait pourtant si belle à Solel. Avec Lily, il repoussait sans cesse ses limites. Ses proches disaient d’elle qu’elle avait mauvaise influence sur lui et c’était certainement le cas, mais il ne s’en formalisait pas. Avec elle, il n’avait pas à grandir. Tel Peter Pan, il resterait un enfant qui fuyait les responsabilités en refusant de grandir. Solel récupéra le joint en laissant Lily s’installer plus confortablement. N’importe quel homme sensé aurait craqué : son pyjama laissant voir plus de peau que de tissu, la position, tout était sexy. Lily avait ce truc qui la rendait désirable en toute situation, même les lendemains de soirées arrosées. Le jeune homme suivit des yeux la bouteille que la demoiselle portait de nouveau à ses lèvres. Il l’aurait volontiers prise, si Lily n’avait pas alors demandé : « Cap de jouer au body shoot ? » Lily remonta doucement son débardeur, laissant apparaître un ventre plat et parfait. « Cap. » répondit Solel en se penchant en avant. Il ferma les yeux et laissa courir sa langue sa peau, appréciant le goût que prenait la vodka pure dans un moment intense comme celui-ci. On aurait pu croire que Lily et Solel avaient franchi le cap depuis longtemps, or ils ne s’étaient jamais offerts l’un à l’autre. Ils allaient le plus loin possible avant de se repousser, se frustrer, se fâcher. Le jeune homme était certain qu’à la minute même où ils finiraient dans le lit l’un de l’autre, leur relation prendrait fin également. Et c’était la dernière chose qu’il voulait. Il s’y était attaché, à cette fille. D’un doigt, il descendit un peu le short de Lily et termina de se délecter des quelques gouttes qui lui avaient échappé. Il rouvrit les yeux et sourit en signe de triomphe. Solel fit redescendre le débardeur de la demoiselle le long de son ventre, afin de contenir ses instincts primitifs pour lui. Il s’empara de la bouteille et but une gorgée en appuyant sa tête sur le dossier du canapé. [color=#b55555« Un jour on crèvera là comme deux cons, bourrés et défoncés. C’est une façon plutôt agréable de mourir, non ? »[/color] Il partit d’un rire nerveux, qui n’avait plus rien de clair. Il n’avait que peu bu et fumé ; mais il était rentré épuisé et le mélange des trois était fatidique. Il avala encore le liquide qui lui brûla gorge et ferma les yeux. Solel porta de nouveau le joint à ses lèvres et recracha la fumée en ronds réguliers au-dessus de sa tête. « Cap de me dire à quoi tu penses, là, tout de suite ? » s’enquit-il. Cela pouvait paraître stupide comme défi, mais pour eux c’était loin d’être aisé. Lily comme Solel avaient des difficultés à parler d’eux, de leur vie, de leur passé. Aussi, répondre à une question de ce genre était de la même envergure qu’agir de façon sexy, sinon plus difficile. De toute façon, à ce rythme, ils ne s’en souviendraient plus le lendemain. Si l’alcool déliait la langue, il permettait aussi d’oublier ce qui avait été dit. « Au fait, je voudrais pas gâcher l’ambiance mais le proprio m’a appelé, on a deux semaines de retard pour payer les factures. Voilà, il fallait que je le dise avant d’oublier. » Il éclata de rire en pensant à ce pauvre homme qui passait sa vie à courir après leur loyer et leur argent. Tous deux ne roulaient pas sur l’or mais ne faisaient pas non plus grand-chose pour que l’entente avec lui se passe bien. C’était tellement drôle de le voir s’énerver et s’arracher les cheveux, à ce brave homme qui avait trop pitié des deux gamins pour les virer de son immeuble !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyJeu 30 Jan - 0:25

You like to think that you're immune to the stuff
Solel & Lily Joy



« Cap. » Le refus était interdit sous risque de perdre la partie. Tu savais qu'il n'allait pas refuser, parce qu'il était joueur et qu'il n'avait jamais dit non, il releva alors le défi sans hésiter, ce qui te fit sourire. Se penchant pour déguster l'élixir sur ta peau, tu te mordis la lèvre ne pouvant réprouver un frisson en sentant sa langue humide sur ton corps. Le regardant d'un air provocateur, il baissa ton short jusqu'à la limite de l'acceptable pour apprécier les dernières gouttes de vodka qui avait glissé malicieusement au bas de ton ventre. Tu l'avais dit souvent, mais à cet instant tu te le répétas silencieusement : tu adorais ce jeu qu'il y avait entre vous deux. Intense, parfois sensuel, et dangereux. Remettant correctement ton bout de tissu, pour être un minimum habillé, il s'empara de nouveau de la bouteille. « Un jour on crèvera là comme deux cons, bourrés et défoncés. C'est une façon plutôt agréable de mourir, non ? » Était-ce ironique ? Il avait certainement raison, mais tu préférais cette mort plus douce plutôt que celle que tu avais imaginée : complètement défoncés au LSD, pataugeant dans ton vomi et par-dessus toute seule. Une overdose comme ta mère, la bonne blague ! Riant nerveusement toi aussi, tu t'imaginais la scène qu'il t'avait décrite, oui, tu trouvais ça plutôt cool ! « Je trouve aussi, une fin que même Bob Marley n'a pas eu. La dernière personne que tu verras c'est moi, alors heureux ? » Le regardant, tu finis par fermer les yeux toi aussi. Non, tu ne somnolais pas, il n'était pas l'heure pour ça, car la soirée avait à peine commencé ! Tu profitais juste de cette plénitude, bercé par ce rock qui devait certainement taper sur le système des voisins. En emmerdeuse qui s'assumait, tu t'en foutais clairement des voisins, rajoutant même un peu de volume en ayant réussi à chopper la télécommande. « Cap de me dire à quoi tu penses, là, tout de suite ? » Défi qui te laissa quelques secondes perplexes, mais tu te repris bien vite. Tes pensées étaient taboues, bien trop noires et déprimantes pour en faire part à quelqu'un. Cependant, Solel n'était pas n'importe qui, même si ça n'allait pas être aisé, tu savais que tu pouvais tout lui confier sans qu'il ne te juge ou te prenne en pitié, car ce n'était pas son genre tout simplement. « Je viens de constater que si tu n'avais pas été là, je serais certainement défoncé en train de me shooter avec n'importe quelle merde dans la bagnole d'un type qui m'aurait ramassé sur le trottoir. » Constations d'une véracité terrifiante. Telle Alice aux pays des merveilles, tu fuyais sans cesse la dure réalité, la mort de ton frère notamment. Tu niais, car faire face signifiait admettre. Or, c'était trop douloureux, tu n'avais pas les épaules aussi solides pour encaisser le choc. Faible, tu préférais t'enfoncer dans ce gouffre sans fond. Heureusement pour remonter un tant soit peu ce précipice t'as réussi à trouver une passion, l'histoire. T'as réussi, tu ne sais plus très bien comment à avoir un coloc', le type qui te sort de cette solitude constante. T'essayais avec beaucoup de mal, mais t'essayais quand même. « Au fait, je voudrais pas gâcher l'ambiance mais le proprio m'a appelé, on a deux semaines de retard pour payer les factures. Voilà, il fallait que je le dise avant d'oublier. » Retenant un rire, tu ne pus le contenir très longtemps face au rire de Solel. Le pauvre vieux était certainement chauve à cause d'eux, vilains étudiants que vous étiez vous lui en aviez fait voir des vertes et des pas mures. Souvent faucher comme les blés, il était bien rare de vous voir au resto. Les joies de la vie étudiante ! Enfin, toi tu n'avais rien, sauf ces petits boulots. « Je me disais aussi, c'était bizarre quand j'ai vu autant de fric sur mon compte. Maintenant, je peux dire adieu aux jolies pompes que j'ai vues. » Lui prenant la bouteille, tu finis de quelques gorgées le liquide pour reprendre une bouteille neuve qui se trouvait sur le sol. Du rhum. Les mélanges n'étaient pas bons ? Oh, pas de problème, elle pouvait encaisser comme un homme. « T'es cap de me dire ce qui ne va pas ? » Tu étais peut-être un peu pompette, mais pas assez soûle pour ne plus l'écouter. Tu étais mal placé pour dire ça, mais vider son sac, ça faisait du bien par moment, et si tu pouvais être plus qu'une simple distraction alors tu allais l'écouter ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyVen 31 Jan - 3:39


cap ou pas cap ?
lily & solel


« Je trouve aussi, une fin que même Bob Marley n'a pas eu. La dernière personne que tu verras c'est moi, alors heureux ? » Solel éclata de rire et acquiesça. « On dirait un slogan pour un prêt immobilier. Mais oui, je serai très heureux de crever pathétiquement à tes côtés ma chère Lily. » Il glissa sa main sous son tee-shirt pour la chatouiller quelques secondes avant de la retirer et de s’étirer. « Je viens de constater que si tu n'avais pas été là, je serais certainement défoncée en train de me shooter avec n'importe quelle merde dans la bagnole d'un type qui m'aurait ramassé sur le trottoir. » Solel cessa de rire. Il n’avait même pas le cœur à sourire. Qu’elle soit défoncée et ivre ici c’était une chose, dans la rue c’en était une autre. Il caressa les cheveux de la demoiselle un instant, de façon simple et protectrice. Pour avoir deux sœurs, Solel savait ce que c’était de s’inquiéter de la sécurité d’une fille proche de lui. Et même si Lily n’était pas sa sœur, et même si  tous deux n’avaient pas spécialement fondé leur relation sur une proximité semblable à celle de n’importe quels amis, il n’en restait pas moins terrifié à l’idée qu’il lui arrive quelque chose. Naïvement, Solel s’imaginait vivre avec elle des années durant. Ne plus la voir traîner en short et en débardeur, les cheveux en bataille, serait un vide immense dans son existence. Il s’était habitué à la présence brusque et dangereuse de Lily dans sa vie, et il s’y était énormément attaché. Il retrouva son sourire et préféra répondre une connerie, comme d’habitude : « J’imagine même pas la soirée que ce pauvre mec aurait passé après t’avoir ramassé. » La jeune fille était assez intelligente, même ivre, pour savoir qu’il plaisantait et que ce n’était pas pour ces abrutis de mecs qui prenaient les filles perdues dans leur bagnole qu’il s’inquiétait, mais bien pour elle. « Je me disais aussi, c'était bizarre quand j'ai vu autant de fric sur mon compte. Maintenant, je peux dire adieu aux jolies pompes que j'ai vues. » Solel renversa la tête en arrière pour la reposer sur le dossier du canapé et rit avec elle. Ils avaient vraiment de véritables problèmes d’argent qui les poussaient à se priver de tout, tout le temps. Malgré tout, il lança d’une voix amusé : « Non c’est bon, achète-toi ces chaussures. Je mettrai plus ce mois-ci. » Pour une paire de chaussures, il pouvait bien faire ça. Et puis Solel était certain que Lily lui rendrait la pareille si il venait à en avoir besoin, ce qui n’était pour l’instant pas arrivé. Il avait quelques économies de côté dans lesquelles il n’avait envie de taper qu’en cas de coup dur, mais qui lui laissaient malgré tout un peu de marge en cas de problème. « T'es cap de me dire ce qui ne va pas ? » Son sourire disparut de nouveau. La chanson Something in the Way de Nirvana commença pile au bon moment. C’était la chanson qu’il écoutait pour déprimer tranquillement. Il ouvrit la bouche, et répondit faiblement : « Cap. » Solel jeta un coup d’œil à la bouteille, avec une idée de futur défi à lui lancer. Mais pour l’instant il allait raconter ce qui le tracassait, plutôt surpris que Lily le lui demande. Agréablement surpris. « Aujourd’hui est un jour particulier pour lequel nous avons une raison de trinquer ! » Il attrapa la bouteille de rhum et la leva au-dessus de sa tête. « C’est mon anniversaire, mais pas n’importe lequel : celui de mon adoption ! Ça fait dix ans aujourd’hui ! » Solel se demanda un instant si Lily était au courant de son histoire. Il en parlait tellement peu que la plupart des gens l’ignoraient totalement. Il ne voulait pas qu’on le prenne en pitié, chose qu’il détestait au plus haut point. Il n’était pas malheureux, loin de là, or ce soir-là les émotions remontaient plus qu’il ne l’aurait voulu et prenaient le contrôle de son organisme affaibli par les méfaits de l’alcool. Il but d’ailleurs une gorgée de rhum et poussa un long et profond soupir. « J’ai oublié d’appeler papa et maman, ils vont me gronder. » grogna-t-il. Il se tourna un peu vers Lily et un sourire coquin se dessina sur ses lèvres, changement d’attitude qui relevait presque de la schizophrénie. « Cap de venir chercher le rhum ? » la défia-t-il, en buvant de façon à ce que l’alcool coule sur ses lèvres, son menton et dans son cou. Bien évidemment, il ne parlait pas de la bouteille, mais bien du liquide qui coulait sur sa peau et mouilla le haut de son tee-shirt blanc. Solel préférait s’amuser que de ressasser les vieux et douloureux souvenirs de son enfance, bien qu’il n’ait pas vécu à l’orphelinat que des mauvais moments. Le cœur battant, il plongea son regard dans celui de Lily sans se départir de son sourire provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptySam 1 Fév - 0:12

You like to think that you're immune to the stuff
Solel & Lily Joy



« On dirait un slogan pour un prêt immobilier. Mais oui, je serai très heureux de crever pathétiquement à tes côtés ma chère Lily. » Esquissant un sourire, tu finis par rire de bon cœur quand il te chatouilla et caressant ensuite tendrement tes cheveux en lui dévoilant tes pensées sombres, tu ne pus t'empêcher de remonter quelques années arrière avec nostalgie. Ton frère te caresser les cheveux de la même manière, d'un geste tendre et protecteur, il te réconfortait souvent de cette manière. Pincement au cœur. Tu ressentis une étrange nausée en te souvenant de ce corps froid baignant dans son propre sang. « J'imagine même pas la soirée que ce pauvre mec aurait passée après t'avoir ramassé. » Ces quelques paroles te calmèrent en un instant, faisant entendre de nouveau ta voix cristalline en train de rire. Solel avait raison, le pauvre t'aurait sans doute collé un procès pour non-satisfaction de la marchandise. Ton colocataire pouvait se faire passer pour le pire des enfoirés, toi au fond, tu savais que c'était un type bien et que pour rien au monde, tu n'aurais changé de partenaire. Il savait comment te parler en évitant les points sensibles, et surtout à te détendre quand le moment l'exigeait. Repensant à ces si belles chaussures que tu avais vues, tu finis par soupirer. Être fauché exigeait de se serrer la ceinture, et malgré votre colocation, tu étais toujours très juste pour finir le mois. « Non c'est bon, achète-toi ces chaussures. Je mettrai plus ce mois-ci. » Te redressant subitement, tu pris son visage entre tes mains pour l'embrasser fort sur la joue. Il n'y avait vraiment pas mieux que lui comme colocataire, c'était certain à tes yeux. « Tu sais que je t'adore ? Je te le revaudrais promis ! » Ton visage éclairer par le cadeau qu'il venait de te faire, Something in the Way de Nirvana fût la chanson suivante et de nouveau sombre car cette chanson était tout sauf joyeuse, il accepta ton défi « Aujourd'hui est un jour particulier pour lequel nous avons une raison de trinquer ! » Curieuse, tu attendais la suite « C'est mon anniversaire, mais pas n'importe lequel : celui de mon adoption ! Ça fait dix ans aujourd'hui ! » 'Trinquant' à cet événement avec quelques gorgées de rhum, il finit par soupirer longuement. Ça le tracassait beaucoup visiblement. Alors tu essayas de te remémorer ce qu'il avait pu te dire entres deux beuveries, et tu te souvins vaguement d'une histoire d'adoption sans pour autant en connaitre les détails. « J'ai oublié d'appeler papa et maman, ils vont me gronder. » Tu ne pouvais pas te mettre à sa place, et n'osant en parler, tu pouvais juste supposer : comme tous les enfants adopter il devait sans doute penser à famille biologique. Deux familles pour le prix d'une. En cet instant, tu le jalousais un peu, toi qui n'avais eu aucune famille hormis ton aîné. L'épave qui te servait de mère ne s'était jamais occupée de toi jusqu'à en oublier ton nom tellement elle était défoncée, et ton père, tu ne l'avais jamais connu. Regard coquin, tu sortis de tes pensées en le regardant de la même manière. Tous les deux capables de passer du noir au blanc en quelques minutes, tu savais qu'il allait te lancer un défi « Cap de venir chercher le rhum ? » L'élixir coula d'abord sur ses lèvres, continuant son voyage sur son menton jusqu'à son cou, les perles d'alcools se perdirent ensuite sous son t-shirt. Ton regard fixa sur lui, tu te mordillas la lèvre. « Cap. » Bien évidemment, il en fallait plus pour te surprendre. Te redressant de nouveau, toujours assise sur ses cuisses, tu te mis face à lui. Prête, tu étais cependant quelque peu hésitante, tu ne savais pas par où commençait. De haut en bas ou de bas en haut ? En économe pour ne pas dire alcoolique, le choix le plus logique était de commencer par le bas. Alors lui enlevant son t-shirt pour que ce bout de tissu ne te gêne, tu commenças par lécher son ventre de façon provocatrice, t'attardant sur certaines zones comme son nombril ton voyage buccale remonta doucement pour arriver jusqu'à son cou. Suçotant et mordillant parfois sa peau tendre tout en te délectant du rhum, tu léchas son menton pour terminer cette escapade sur ses lèvres où là tu ne te gênas pas le moins du monde pour les goûter. Tu étais une nana sans gêne, quand tu voulais tu le faisais, rien de plus simple et sans prise de tête à se demander trois quarts d'heure s'il fallait agir ou non. Certains diront que tu étais dépravée, d'autres impulsives. À tort ou à raison tu t'en foutais comme de ton premier rail de cocaïne. Attrapant ses lèvres, ce baiser n'avait rien de chaste, au contraire il appelait – hurlait même – aux connotations érotiques. Ta langue se forçant un passage dans sa bouche, ce baiser langoureux dura quelques instants que tu interrompis net en lui prenant la bouteille pour te désaltérer. C'était là une autre facette de votre jeu. Se taquiner était normal. Tout en le regardant, tu repensas à ce qu'il venait de te dire. Le forcer à parler n'était pas dans ta nature tout simplement parce que tu savais à quel point c'était lourd quand on te le faisait. Tu voulais que ce soit lui qui se confie, alors comme si c'était du donnant-donnant tu lui confias un détail de ta vie que tu ne partageais avec personne « Je ne connais rien de ton passé, mais t'as de la chance d'avoir des gens qui t'aiment, ce n'est pas le cas de tout le monde. » Tu étais orpheline toi aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptySam 1 Fév - 2:47


cap ou pas cap ?
lily & solel


« Cap. » Bien entendu que Lily en était capable, il en fallait plus pour l’effrayer. Mais c’était davantage pour le plaisir personnel de Solel que pour la provocation pure et dure. Il laissa son amie enlever son tee-shirt et la regarda tandis qu’elle déposait ses lèvres sur son ventre. La caresse de sa langue remontant le long de son corps le fit frissonner et il ferma les yeux, profitant de la chaleur du désir qui grandissait en lui. C’était carrément inhumain de se dire que ça allait s’arrêter là, alors qu’avec n’importe qui d’autre il serait allé jusqu’au bout. Lily s’empara de ses lèvres avec fougue et il répondit au baiser avec envie, appréhendant le moment où il prendrait fin. Mais les règles étaient les règles, et il rouvrit les yeux en souriant, les joues légèrement rosies par le plaisir. « T’a-t-on déjà dit que tu ne te débrouillais pas trop mal avec ta langue ? » Solel lâcha la bouteille que la demoiselle porta à ses propres lèvres. Le jeune homme se demandait vraiment comment elle arrivait à boire autant et à tenir encore debout. Elle tenait mieux l’alcool que lui, ce qui avait le fon de l’agacer. « Je ne connais rien de ton passé, mais t'as de la chance d'avoir des gens qui t'aiment, ce n'est pas le cas de tout le monde. » Il l’observa en silence quelques secondes, décelant dans son regard une douleur profonde. S’il en avait parfaitement conscience, c’était la première fois que Lily mettait des mots dessus. « J’ai passé ma vie à cacher mes doutes et mes peurs pour ne pas avoir l’air faible. Pour qu’on me trouve cool, courageux. Et pour m’en sortir. En me convaincant que je ne souffrais pas, alors ma douleur était moins forte. » Solel hésita un instant et continua : « J’ai la chance d’avoir des gens autour de moi, oui. Mes sœurs, toi … Des gens que je rencontre chaque jour et qui me font oublier que la vie n’est qu’une suite d’obstacles à surmonter. » Pas très optimiste comme vision de la vie, mais ô combien réaliste à ses yeux ! « Lorsque je me sentais seul, je faisais en sorte de trouver du bonheur dans des toutes petites choses sans importance. Une musique, un sourire … N’importe quoi qui puisse rendre le monde moins laid. » Doucement mais sûrement, Solel essayait d’en arriver à Lily. D’essayer à la pousser à se confier sur ses propres peurs et ses propres doutes. Il s’était juré de ne jamais lui poser de questions abruptes puisqu’elle ne le faisait pas avec lui, mais la faire parler, ça, il le pouvait. Solel rangea une mèche de cheveux blonds derrière l’oreille de sa colocataire tandis que se jouaient les dernières notes de something in the way. « Et vous, Lily-Joy Spencer, de quoi tirez-vous votre bonheur ? A part de ma personne, bien entendu. » demanda le jeune homme en faisant mine de tenir un micro, devant le visage de la jeune fille. Son ton professionnel aurait parfaitement convenu à une carrière de journaliste, mais il n’était pas le moins du monde intrusif … Et détestait les journalistes. La tension sexuelle quelque peu retombée avec une telle discussion et torse-nu, Solel fut parcouru d’un frisson et croisa les bras sur son torse, lèvres pincées. En plus d’avoir la chair de poule, il préférait éviter de bouger de peur de découvrir quel effet avait produit Lily sur son organisme en s’asseyant sur lui de la sorte, il avait faim, et il avait mal à la tête. Il aurait donné n’importe quoi pour s’allonger dans son lit et d’y continuer le jeu là-bas, avec un risque, peut-être, de s’endormir. « Ça te dérange si on continue ça dans ma chambre ? Je veux ma couette. » expliqua-t-il en buvant une gorgée de rhum. En fait, il ne lui laissa pas le choix. Il la renversa sur le côté et alla éteindre la musique, avant de l’attraper par la main au passage et la tirer à sa suite. Là, il ralluma la musique, un peu moins fort, et se jeta à plat ventre sur son lit. « Tu te sens seule, Lily ? » demanda-t-il avec un sourire doux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyLun 3 Fév - 0:44

You like to think that you're immune to the stuff
Solel & Lily Joy



« J'ai passé ma vie à cacher mes doutes et mes peurs pour ne pas avoir l'air faible. Pour qu'on me trouve cool, courageux. Et pour m'en sortir. En me convaincant que je ne souffrais pas, alors ma douleur était moins forte. » Après une petite hésitation, il continua sur sa lancée : « J'ai la chance d'avoir des gens autour de moi, oui. Mes sœurs, toi ... Des gens que je rencontre chaque jour et qui me font oublier que la vie n'est qu'une suite d'obstacles à surmonter. » Chaque mot était d'une telle vérité que tu ne pus le contredire juste par plaisir de le faire. Tu pouvais comprendre, toi qui étais dans une situation tellement similaire que tu pouvais même te mettre à sa place. Être forte, ne pas montrer ses faiblesses. Tout n'était que façade chez toi, une belle actrice qui se mentait à elle-même. La douleur, tu ne pouvais pas la supporter fuir était la meilleure solution. Contradictoire, car tu savais bien que fuir ne servait à rien, que ça ne t'aiderait pas à avancer, mais au contraire à t'enfoncer. Inconsciemment, tu cherchais une source de courage. « Lorsque je me sentais seul, je faisais en sorte de trouver du bonheur dans des toutes petites choses sans importance. Une musique, un sourire ... N'importe quoi qui puisse rendre le monde moins laid. » Défaitiste et surtout fataliste, tu n'as jamais trouvé le monde beau, tout du moins ton monde ne l'était pas. Quand tu te promenais dans la rue, tu maudissais tous les passants qui avaient le malheur de sourire un peu trop. Jalouse de leur bonheur, tu les enviais tous. Bien sûr, tu n'étais pas la seule victime de cette catin qu'était la vie, mais tu trouvais injuste de ne pas avoir ne serait-ce qu'une once de bonheur. « Cette quête est difficile ... Quand on a tout perdu, on a plus goût à rien ... » D'abord festive, l'ambiance avait quelque peu changé, devenant plus pesante, mais pas désagréable. Tu étais contente de connaitre davantage Solel. Comme toi, il avait plusieurs facettes, et tu voulais toutes les connaitre. Remettant une de tes mèches derrière ton oreille, la question qu'il te posa te laissa quelques instants silencieuse. « Et vous, Lily-Joy Spencer, de quoi tirez-vous votre bonheur ? À part de ma personne, bien entendu. » Perdu dans tes pensées, une 'chose' te perturba au niveau de tes cuisses. Solel n'avait pas été indifférent, ce qui te fit sourire. Alors provocatrice que tu étais, tu n'hésitas pas le moins du monde à bouger sans cesse pour le taquiner. « Le seul bonheur que j'avais m'a été enlevé, et c'est depuis ce jour que j'ai déraillé. » Penser à ton frère te faisait atrocement souffrir. Depuis sa mort, tu n'avais pratiquement jamais parlé de lui. Te faisant violence pour ne pas pleurer, tu ne voulais pas lui montrer tes faiblesses, ça te faisait peur. Tu ne voulais pas que son regard sur toi change, qu'il ait pitié de toi. Tu voulais qu'il garde l'image de la fille un peu cinglée, fêtarde et peste. « Ça te dérange si on continue ça dans ma chambre ? Je veux ma couette. » Question rhétorique. Ne prenant pas la peine de répondre, tu allais bien évidemment le suivre. Éteignant la musique du salon, il te prit la main pour t'emmener dans son antre s'effondrant littéralement sur son lit. « Tu te sens seule, Lily ? » Avant de répondre, tu t'installas sans douceur sur lui sans demander préavis, vous couvrant alors de la couette. « Oui ... » En toute franchise, oui. Puis venant lui mordiller le lobe de l'oreille, tu rajoutas « ... Mais tu me fais oublier. » Continuant ton petit manège, encore une fois, tu jouais avec le feu. Où allais-tu pousser les limites cette fois-ci ? Bougeant parfois ton bassin au rythme de la musique, ton corps était étalé contre le sien. « Tu parlais de mes performances linguistiques tout à l'heure ... T'es cap de faire mieux ? » C'était à ton tour, et malgré tout l'alcool que tu avais bu, tu n'avais pas oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] EmptyJeu 6 Fév - 20:51


cap ou pas cap ?
lily & solel


« Le seul bonheur que j'avais m'a été enlevé, et c'est depuis ce jour que j'ai déraillé. » Solel aurait volontiers demandé de quoi il s’agissait, mais il préférait attendre. Peut-être n’était-il pas important de tout savoir maintenant, à moins qu’il n’ait peur. Qu’il ait peur pour elle, pour lui, pour ce que leur relation allait devenir si ils s’ouvraient trop l’un à l’autre. « Oui ... Mais tu me fais oublier. » Lily s’était installée sur son corps et les avait recouverts de la couette, avant de s’attaquer à ses oreilles avec ses dents, ce qui lui procura un vif frisson de satisfaction. Il laissa courir ses mains dans son dos, yeux clos et sourire aux lèvres, avant de répondre avec douceur : « Je serai là tant que tu auras besoin de moi. » Sa façon de bouger son bassin et de le toucher, son souffle dans son cou, Solel sentait le désir monter de façon dangereuse. La discussion qui l’avait quelque peu refroidi semblait à nouveau bien loin et rien ne pouvait faire redescendre la température qui ne cessait d’augmenter. Solel et Lily avaient toujours joué ainsi mais aujourd’hui ils allaient plus loin encore qu’autrefois, certainement parce que repousser les limites était inévitable. « Tu parlais de mes performances linguistiques tout à l'heure ... T'es cap de faire mieux ? » Solel se mordit la lèvre, attrapa la taille de la demoiselle qu’il renversa sur le côté et se retrouva au-dessus d’elle. « Cap. » Le jeune homme s’agenouilla et attrapa les jambes de Lily qu’il releva. Il déposa des baiser sur ses cuisses, passant d’une jambe à l’autre, à l’intérieur de ses cuisses, jusqu’à arriver à la limite du short. Puis il reposa ses jambes avec douceur sans cesser de les caresser et recommença ses baisers sur le ventre de Lily, remontant avec une lenteur déconcertante le long de son corps. Solel repoussa en même temps son débardeur, dénudant sa peau au fur et à mesure du passage de ses lèvres et de sa langue. Il s’arrêta au niveau de sa poitrine nue, sourit brièvement et franchit la limite qu’il n’avait encore jamais franchie. Son cœur aurait volontiers explosé, mais Solel garda son sang-froid et monta plus encore, jusqu’à son cou. Il mordilla sa mâchoire, embrassa sa bouche encore et encore, hilare et heureux. Il s’assit à califourchon et, le souffle court, haussa un sourcil en signe de provocation. « Alors, pari réussi ? » Il n’existait pas en ce monde quelqu’un qu’il puisse désirer davantage, sans doute parce que Lily ne s’offrait jamais à lui. C’était réellement douloureux, violent, passionné et il adorait ça autant qu’il en souffrait. Leur relation relevait presque du masochisme. Solel joua avec le débardeur relevé de la demoiselle avec un doigt et lança à son tour : « Cap d’enlever ça ? Ce n’est pas juste que je sois le seul torse nu ici. » Le jeune homme se pencha pour attraper la bouteille de rhum dont il but une gorgée de plus, ignorant son mal de crâne naissant. Il se sentait bien, vivant, aurait été capable de n’importe quoi. Il se détruisait à petit feu, se tuait de la manière la plus agréable qui soit. Longtemps Solel s’était demandé comment il aurait aimé mourir et la réponse lui avait semblé évidente : dans un lit, avec une femme (ou un homme), et de l’alcool. Ou dans l’eau. Toujours assis sur elle, lui tendant la bouteille, Solel demanda alors : « C’est quoi l’endroit le plus dingue où tu l’aies fait ? » Lui-même réfléchit quelques instants, ne comptant plus le nombre de fois où il avait pu le faire dans des endroits incongrus et interdits. Cela lui vaudrait certainement la prison à perpétuité. L’endroit le plus fun restait bien entendu l’université, à moins qu’il ne s’agisse de cette fois-là, dans la cabine du train. Ou sur le capot d’une voiture, dans un parking souterrain. Pourtant, ça avait beau rester des souvenirs amusants et excitants, ça n’avait jamais été fait avec qui que ce soit qui mérite de rester dans son esprit. Une rencontre improbable, une fille, ou un mec, dont il aurait oublié le nom. S’il se souvenait des situations, il ne se souvenait pas forcément des visages, des voix, des odeurs. Et c’était bien cela le plus triste. « Il manquera toujours quelque chose malgré tout, non ? L’amour, ils appellent ça … » Solel sourit et reprit la bouteille pour avaler une autre gorgée de ce délicieux nectar qui, lui, ne lui était pas inconnu. « Ca au moins c’est une valeur sûre … »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty
MessageSujet: Re: Cap ou pas Cap ? [Solel] Cap ou pas Cap ? [Solel] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Cap ou pas Cap ? [Solel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cap ou pas Cap ? [Solel]
» Seduction, ain't nobody who's as good at what I do ~ ft. Solel
» La pire erreur à faire est de constamment avoir peur de faire une erreur ll Solel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 3.0 :: Cimetière rpgique-