Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptyMar 28 Aoû - 13:00

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Jenifer1
Olive Lloyd & C. Maxime Bell-Grazioli

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars...

Mardi soir. Encore une journée où je n’avais rien prévu a part jouer et écrire quelques chansons ou peut-être sortir voir Adam. J’étais seul, allongé sur mon lit à regarder le plafond, et j’essayais de décider comment allait se passer ma journée. J’avais le choix entre aller à la plage, rester cloîtré chez moi et regarder de bons vieux films ou aller faire une partie de Hockey comme me l’avais proposé un ami. J’éliminais la seconde option et décidais de faire un mélange des deux autres. Alors je me levais, me dirigeais vers la cuisine où j’attrapais une pomme qui traînais sur la plan de travail, la croquais et sortais de la maison, mon sac à dos remplit de protections.

Dehors il fait bon, il fait même chaud, et je ne tarde pas à enlever ma chemise que j’avais mit en gage de veste, puis je continue ma route jusqu’à la plage. Je marche pendant dix minutes, et lorsque j’y suis enfin, j’ouvre mon sac et en sors ma serviette de plage. Je prends mon chapeau, il doit être quatorze, une heure où le soleil tape assez fort. Ne voulant pas risquer de me prendre une insolation, je le mets sur ma tête, puis je commence à me déshabiller. Merde, j’ai oublié mon maillot de bain. Alors je me déshabille tout de même et reste en caleçon, personne n’y verra rien. Je commence à me mettre de la crème solaire, et je m’allonge. Je reste là à bronzer pendant quelques heures, puis je me décide à aller me baigner. Je range mes affaires dans mon sac à dos, puis je me dirige vers la mer. Je me trempe les pieds et frissonne au contact de l’eau. Je trempe mes mains dans l’eau et me mouille les bras, la nuque, le dos, et je commence à avancer petit à petit dans l’eau. Puis je plonge la tête la première. Je nage longtemps, jusqu’à ce que mon corps s’habitue à la température de l’eau. Puis je m’amuse à nager jusqu’à la bouée, et je reviens. Je fais cela de nombreuses fois, jusqu’à être totalement épuisé. Puis lorsque je ressens un élancement dans ma jambe droite, je décide d’arrêter et je sors de l’eau. Finalement je n’aurais peut-être pas besoin de retrouver mes amis pour faire un match, sauf si je veux passer l’heure à l’infirmerie.

Je sors de l’eau et m’enroule dans ma serviette de bain. Je reste quelques minutes comme ça, à observer les gens passer, dégoulinant, comme lorsque j’étais petit. Puis je reviens à la réalité et m’essuie entièrement. J’attrape mes affaires et je remonte jusqu’à chez moi, en caleçon. Tant pis si je choque quelqu’un, le caleçon ne change pas grand-chose au slip de bain. Une fois arrivé à ma villa, j’insère la clef dans la serrure et entre. Je pose mes affaires, vais étendre ma serviette dehors, et monte prendre une douche. J’y reste quelques dizaines de minutes et en ressors, lessivé mais détendu. Je vais m’habiller. Je me dirige vers la cuisine où je me sers un bol de céréale, puis je regarde la télé pendant quelques minutes. Blasé, j’éteins la télé et je vais chercher le courrier. J’ouvre le journal, m’assois sur mon lit et commence à le lire. On y parle d’un bar appelé Aux guitares hurlantes. Je souris et ferme le journal, je longe le long couloir qui mène au salon. J’attrape mon sac, mets un bonnet sur ma tête, enfile mes Clarks, et je pars. Je monte dans ma voiture et conduis jusqu’au centre de Montsimpa. Je me garde et je commence à chercher le bar en question. Il ne me faut pas longtemps pour le trouver. J’y rentre, m’assois à une table et commande un verre. Puis je me mets à observer les personnes présentes autour de moi. Je commence à boire tranquillement mon verre de Bière, puis je m’amuse à regarder les gens chanter et se planter lamentablement (ou pas). C’est là que quelqu’un arrive derrière moi, et me pousse vers la seine. Je rigole et tente de persuader la personne que ce n’est pas une bonne idée, mais trop tard, je suis déjà devant la micro, accompagné d’une grande brune. Je la regarde, lui souris légèrement et je regarde l’écran. J’ajuste mon tee-shirt blanc immaculé de tâches et je commence à chanter. Je constate avec regret que la chanson n’est autre qu’une chanson d’Adam en personne. Je tente de ne pas la massacrer et de faire honneur à mon meilleur ami. La fille et moi terminons la chanson puis on nous applaudis. Je descends de scène, heureux que le calvaire soit enfin terminé, et discrètement, je suis du regard la grande brune qui s’assoit à une table dans l’ombre. Elle est seule. Alors je prends mes affaires, et me dirige vers elle. « Salut, je m’appelle Maxime ». Je n’attends pas qu’elle me réponde ou m’autorise à m’assoir à ses côtés et pose mes affaires pour m’installer. A ce moment là, un gars commence à chanter du Johnny Halliday. Ce n’est qu’un vulgaire factice, une imitation comme tout le monde sait le faire, et je ne peux m’empêcher de lâcher un petit rire lorsqu’il entame le premier refrain. Que je suis cruel.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptySam 1 Sep - 1:38

Sortir, elle en avait étrangement besoin. Partir se mêler au monde et rire d'un rien, Olive savait très bien le faire. Elle était ce genre de fille insouciante qui aimait tout le monde et s'amusait de pas grand chose. Elle était le genre de fille que personne ne comprenait et que l'on qualifiait de « bizarre ». Pourtant, aux guitares hurlantes, Olive s'y sentait à sa place. Elle était fascinée par ces gens qui grimpaient sur la scène et chantaient comme ci ils étaient des stars de la chanson. Ils n'étaient pas préoccupés par le regard que les autres pouvaient porter sur eux, tout comme Olive d'ailleurs. Elle avait d'abord voulu entrainer Aeron avec elle pour une soirée karaoké, mais il avait mollement déclinait son offre, prétextant devoir rendre visite à sa famille. Déçue mais néanmoins compréhensive la jeune femme avait accepté de rester seule à la maison. Un instant elle avait pensé à téléphoner aussi à Nicholas, certaine qu'il ne refuserait pas une telle offre, mais finalement, Olive avait rentré Oscar le cochon dans son petit enclot et était partie direction les Guitares Hurlantes, toute seule. L'endroit était bondé pour un mardi soir et cela fit doucement sourire la jeune femme qui aimait cet esprit de convivialité qui animait l'endroit. Elle était persuadée qu'elle passerait une excellente soirée. L'endroit transpirait la joie de vivre et la bonne humeur. Tout le monde riait ou s'amusait à faire les chœurs lorsqu'un duo montait sur scène et interprétait une chanson relativement connue. De nature très joviale et assez loufoque, Olive s'amusait aussi à faire les chœurs et à chanter à tue-tête avec les gens présents dans la salle. Elle riait toute seule, et se faisait même parfois la conversation à elle-même sous le regard étonné des personnes présentes autour d'elle. Mais la jeune femme n'avait pas honte, le regard des autres, elle n'y prêtait pas attention. En fait, elle ne s'en apercevait même pas. Olive vivait tellement dans sa petite bulle et son petit univers parfait en réalité. C'était une fille à part des autres. Différente et étrange. Olive finit tout de même par repérer une table libre, tapit dans l'ombre. Elle aurait nettement préféré se trouver plus vers le devant de la scène, mais elle se contenta de son nouveau poste d'observation pour balayer la salle du regard. C'est à ce moment là qu'un grand type costaud vint lui offrir sa main, un grand sourire planté sur ses lèvres alors qu'il lui demandait si elle voulait chanter. Olive glissa sa main dans celle de l'inconnu et le suivit à travers la petite foule. Probablement l'avait-il repéré toute seule entrain de chanter au début. Quoiqu'il en soit, elle était heureuse et euphorique de se retrouver là. Elle se retrouva sur scène à côté d'un grand brun qui lui adressa un sourire que Olive lui rendit gentiment. Ils commencèrent à chanter joyeusement et malgré son timbre de voix catastrophique, la petite blonde ne pouvait s'empêcher de trouver le moment amusant et terriblement épique. Elle se prenait pour une rockstar, avec la foule en délire et tout le public qui reprendrait en chœur la chanson. Oui, elle s'imaginait un univers drôlement parfait. Le garçon à côté d'elle chantait mille fois mieux, mais la jeune femme ne se sentait pas particulièrement honteuse de ne pas savoir chanter aussi bien. Lorsqu'ils eurent finis, Olive jeta un coup d'œil furtif au grand brun qui l'avait accompagné durant la chanson, elle lui adressa un petit signe de la main et regagna sa place, tandis que sa bonne humeur grandissait de minute en minute. « Salut, je m'appelle Maxime. » Heureuse qu'une personne vienne lui adresser la parole, Olive releva le visage, toujours souriante et fut doublement joyeuse de constater qu'il s'agissait du garçon qui l'avait accompagné quelques secondes plutôt autour du micro pour la chanson. Il posa ses affaires et vint s'installer à la table de Olive alors qu'elle jubilait d'avoir de la compagnie. « Enchantée Maxime-le-chanteur, moi c'est Olive. » Le sourire déjà présent sur son visage s'agrandissait tandis qu'elle tendit sa main pour serrer celle de Maxime. Ses papas lui avaient souvent dit « ne parle pas aux inconnus » mais le concept lui paraissait étrange et déplacé, après tout, si elle voulait se faire des amis, il fallait bien qu'elle leur parle, aux inconnus. Elle rayonnait de bonheur et sa folie habituellement présente, s'apprêtait à encore frapper. A côté d'elle Maxime se mit à doucement rigoler à cause de l'interprétation musicale qui se déroulait sur la scène. Olive était une fille qui ne comprenait par grand chose au monde, certains disaient même qu'il lui manquait probablement une case. Alors elle tourna le visage vers Maxime et demanda, toute souriante : « Alors Maxime-le-chanteur, qui a-t-il de si drôle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptyMer 5 Sep - 13:44

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Jenifer1
Olive Lloyd & C. Maxime Bell-Grazioli

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars...

Malgré mon métier, j'avais toujours été quelqu'un de très timide, je ne savais pas comment aborder les gens, mais j'avais prit l'habitude de foncer sans réfléchir. C'était un moyen pour moi de me retrouver dans de drôles de situations afin de me tester. Plusieurs fois, j'avais eut de grands galas pour présenter mon nouvel album ou mon nouveau film, et c'est dans ce genre de soirées, que nous, les célébrités, devons faire nos preuves pour mettre dans notre poche de nombreux producteurs ou réalisateurs qui nous aideront à nous faire connaître. Honnêtement, être connu, ce n'est pas ce que je préfère. A Montsimpa, j'ai la possibilité de me promener seul dans la rue sans que quelqu'un ne vienne m'accoster, sans que je me fasse reconnaître. Alors qu'ailleurs, il y a toujours quelqu'un pour me demander une photo ou un autographe. Tout cela pour dire que je ne suis pas fort pour communiquer avec les autres.

« Enchantée Maxime-le-chanteur, moi c'est Olive. » Je souriais. C'était encore une personne qui ne me reconnaissait pas, et j'aimais ces situations là. De nombreuses fois, j'étais tombé sur des "fans" potentiels qui avaient passé leur temps à me poser des questions sur ma vie privée. Dans ces situations là, nous n'avons qu'une envie, se casser et rentrer chez soi, à l'abri des regards indiscrets. Olive, elle s'appelait Olive. C'était un joli prénom, peu commun, et doux. J'aimais bien ce prénom. Je lui serrais la main et commandais à boire pour nous deux. « Alors Maxime-le-chanteur, qui a-t-il de si drôle ? » Sa question me resta perplexe, si bien que j'arrêtais de rire. L'avais-je offensé en riant ainsi? Ou était-ce une question sincère? J'essayais de détailler son visage pour voir quel était le ton de sa question. Elle était sérieuse. Alors je posais mes avants bras sur la table et me penchais vers elle, comme pour lui glisser quelque chose à l'oreille. « En fait, le gars qui chante du Johnny Halliday là. Il se la pète, alors qu'en vérité, il la massacre la chanson. As-tu déjà écouté la version originale? » Je lui souris et la regardais droit dans les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptyVen 7 Sep - 3:26

La présence de Maxime était loin d'être désagréable aux yeux de Olive. Il était, pour elle, de très bonne compagnie. Non seulement il chantait bien mais en plus il se montrait extrêmement gentil à son égard. Il avait l'air d'être doté d'un bon sens de l'humour, ce qui n'était pas pour déplaire à Olive qui passait la plupart du temps à rire et sourire pour un tout et un rien. Mais lorsque Maxime-le-chanteur s'amusa de l'interprétation musicale qui se déroulait alors sur scène, l'ancienne scientifique chercha ce qu'il y avait de comique dans la scène ou même dans les paroles de la chanson. Alors Maxime posa ses bras sur la table et se pencha vers Olive, qui avide de ragots et de confidences s'approcha de Maxime pour mieux l'entendre. Le ton à la fois confidentiel et moqueur du jeune homme eut le don de faire sourire Olive encore plus. « En fait, le gars qui chante du Johnny Halliday là. Il se la pète, alors qu'en vérité, il la massacre la chanson. As-tu déjà écouté la version originale? » Par réflexe la jeune femme tourna le visage vers la scène où l'inconnu continuait sans relâche de s'égosiller la voix sur la chanson « Allumer le feu ». Il était vrai que comparé à l'original, la version de l'inconnu était catastrophique. Néanmoins Olive, elle-même chantait mal, elle ne se voyait donc pas entrain de se moquer du garçon, quand bien même il détruisait la chanson. « Ouuiii, naturellement. » répondit-elle avec un grand sourire avant d'ajouter dans la volée : « J'veux dire Johnny Hallyday, c'est comme Mona Lisa, faut l'avoir vu au moins une fois dans sa vie, je crois. » Elle se mit doucement à rire à son tour finalement, mais sans raison particulière. Il était fréquent qu'elle se mette ainsi à rire ou parfois même à parler toute seule. En attendant, même si elle n'était pas une mélomane, Olive avait déjà entendu les chansons de Johnny, et même regardait plusieurs fois les pubs de Optic 2000 dans lesquelles Johnny y faisait la promotion. D'ailleurs, elle connaissait tout de la vie du chanteur, comme elle savait tout des stars en général. Le visage de Maxime ne lui était d'ailleurs pas totalement inconnu, mais Olive n'aurait su dire où elle avait bien pu le voir auparavant. Probablement sur les sites des célébrités qu'elle consultait tous les jours. Elle reporta son attention sur son voisin et curieuse de nature elle finit tout de même par demander, un grand sourire aux lèvres : « Dis-moi Maxime-le-chanteur, tu es un vrai chanteur n'est-ce-pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptyVen 7 Sep - 16:49

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Jenifer1
Olive Lloyd & C. Maxime Bell-Grazioli

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars...

Il y a des choses que les gens normaux ne comprennent pas - car oui, à partir du moment où l'on se fait avoir par la célébrité, nous n'avons plus rien d'une personne normale - comme le fait de ne pouvoir se retenir de rire lorsque quelqu'un qui manifestement, s'y croit, massacrer une chanson très connue et reprise tant de fois. Je n'en voulais pas à Olive de ne pas comprendre, après tout, elle n'était pas la première à se montrer surprise face à de telles réactions. Souvent, ma mère ne comprenait pas comment je pouvais rire d'elle lorsqu'elle se mettait à chanter Oasis ou Jeff Buckley. Elle aimait chanter, mais ne s'était jamais écoutée, et n'avait aucune idée de la façon dont elle pouvait chanter. D'ailleurs, mes parents se sont toujours demandés d'où j'avais prit cette voix et ce talent musical, car ni l'un ni l'autre n'était bon dans la musique ou lorsqu'il s'agissait de chanter. Mon père transformait en or les films qu'il tournait à partir du moment où il posait ses doigts sur la caméra. Et ma mère avait ce don de toujours se montrer sportive et combattante. Elle était nageuse lorsqu'elle était jeune. Ce n'était pas le genre à rafler toutes les médailles d'or, mais elle avait quelque chose, elle était forte et persévérante, et elle a réussie à obtenir ce qu'elle voulait en s'acharnant sur ce qui n'allait pas.

J'ai du prendre d'elle, car sinon, je ne serais jamais devenu chanteur, ni acteur. Mon père m'aimait, mais il ne m'aurait jamais laissé jouer dans son film si c'était pour que je le foute en l'air avec un mauvais jeu. J'ai travaillé des années mon jeu pour le persuader de me laisser ce rôle, le rôle de ma vie. Inconsciemment, il avait écrit ce film pour moi, et Tom, le personnage principal, c'était moi. Je ne sais pas comment il a fait pour prévoir aussi parfaitement mon avenir. Il avait un don. Et c'est pour ça que je l'aimais autant, car il avait quelque chose que tous les autres pères n'ont pas. Les gens ne l'oubliaient jamais, car il avait un charisme, et quelque chose qui mettait tout le monde dans sa poche. J'ai toujours rêvé prendre de lui, et être comme lui, mais avec le temps, j'ai compris que l'on est qui on est, et que ça ne sert à rien d'espérer être quelqu'un d'autre, on restera toujours nous-même. « Ouuiii, naturellement. J'veux dire Johnny Hallyday, c'est comme Mona Lisa, faut l'avoir vu au moins une fois dans sa vie, je crois. » Je riais. Elle était forte. Je ne m'étais jamais faite cette réflexion pourtant si vraie. Je me reculais et lui adressais un grand sourire. Quelle rencontre avais-je fais ce soir, une rencontre sympathique. J'allais passer une bonne soirée, c'était certain. « Bravo! Je n'avais jamais pensé à cela, mais c'est très bien trouvé! » M'exclamais-je en tapant légèrement sur la table, enthousiaste.

Je sentais le regard d'Olive sur moi, et alors que j'étais en train d'observer les gens autour de nous, je tournais la tête vers elle. C'est alors qu'elle me demanda avec un grand sourire : « Dis-moi Maxime-le-chanteur, tu es un vrai chanteur n'est-ce-pas ? » Je soupirais mais un sourire s'étira tout de même sur mes lèvres. Ouais, j'étais démasqué, mais pour une fois, ce n'eut pas le don de me mettre mal à l'aise. Au contraire, cela me fit sourire et je m'avançais de nouveau vers elle et lui glissais à l'oreille : « Ne le dis à personne, ce sera notre petit secret. » Je lui adressais un grand sourire suivit d'un clin d'oeil, et me passais la main dans mes cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd EmptyLun 15 Oct - 20:42

Parfois elle s'imaginait comme toutes ces célébrités dont elle suivait assidument le quotidien via les réseaux sociaux. Elle s'imaginait très bien rockstar, actrice ou grande gagnante d'un jeu de télé-réalité. Elle s'imaginait adulée par tous ses fans imaginaires et réclamée sur toutes les chaines de télévision ainsi que par tous les autres médias afin d'obtenir une interview de la grande Lloyd. Olive avait cette faculté étrange de croire que absolument tout était possible. Dans le fond, elle savait qu'en prenant quelques cours de chant elle pourrait volontiers prétendre à devenir chanteuse. L'idée de faire carrière dans le monde de la chanson lui avait souvent effleuré l'esprit, mais si elle devenait un jour célèbre, elle voulait que cela se fasse à la télévision dans un jeu de télé-réalité. Big Brother étant son premier choix naturellement. La présence de Maxime-le-chanteur à ses côtés la réconfortait dans l'idée que finalement elle pouvait côtoyer le monde des stars. Maxime avait l'air d'apprécier sa compagnie. « Bravo! Je n'avais jamais pensé à cela, mais c'est très bien trouvé! » Perdue dans ses pensées elle commençait à revenir dans le fils de leur conversation. Flattée par la réaction de Maxime, Olive ne pu s'empêcher d'en sourire que davantage. En réalité, quand il trouva que la comparaison entre Johnny Hallyday et Mona Lisa était excellente, la jeune femme eut une drôle d'expression : partagée entre la surprise, la joie et l'incompréhension. Aux yeux de Olive comparer Hallyday à la Joconde était relativement normal. Mais Maxime était drôlement gentil avec elle et la jeune femme se sentait réellement à l'aise. Elle avait cette faculté étrange de se lier facilement d'amitié avec les gens et avec Maxime, cela semblait sur la bonne voie d'ailleurs. Et c'est d'un ton amical et avec simplicité qu'elle lui avait demandé s'il était réellement un chanteur dans la vie de tous les jours. Fangirl en puissance Olive savait tout des stars et le visage de Maxime lui rappelait étrangement un chanteur. Étant donné que Maxime chantait justement extrêmement bien, il ne lui était pas difficile de faire le rapprochement entre les deux. Le garçon s'approcha et Olive posa ses bras sur la table et se pencha pour écouter la confidence de Maxime. « Ne le dis à personne, ce sera notre petit secret. » Elle posa son index sur sa bouche et souffla : « Chuuuuuut. » avant de rire toute seule. Un secret. Olive était une sorte de boite à secret à elle toute seule. On pouvait tout lui confier que rien ne serait jamais répété. Peu de gens en avaient réellement conscience, mais elle gardait tout, tout ce qu'on lui confiait restait caché dans sa mémoire. Elle finit par reporter son attention sur le jeune homme, finalement curieuse et intriguée de connaître les raisons qui l'avaient poussé à venir ici ce soir. Un chanteur qui vient dans un lieu dédié au karaoké, c'était un peu de la triche selon Olive. « Qu'est-ce que Maxime-le-chanteur vient faire aux Guitares Hurlantes ? » Chanter, évidemment. Mais peut-être qu'il était là aussi pour chercher des personnes avec qui monter un groupe. C'était fréquent dans le milieu de la chanson, Olive le savait. Généralement les producteurs se déplaçaient afin de trouver de nouvelles voix, peut-être que Maxime faisait de même. Coupant la conversation un instant l'ancienne scientifique commanda un coca à un serveur, laissant à Maxime le soin de demander ce qu'il souhaitait. Et finalement Olive reprit : « Tu cherches des nouveaux talents ? Les chanteurs de demain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty
MessageSujet: Re: Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd Empty

Revenir en haut Aller en bas

Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Allumer le feu! Euhm... Ou pas mon gars... - Olive Lloyd
» Un entrainement difficile [pv Akaido]
» Claes ✉ Excuse-moi tu n'aurais pas un salameche , que je puisse allumer mon mystherbe ?
» Greed ~ Je vous attend les 'pti gars !
» Julius Lloyd Wright, votre nouveau cauchemard.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 2.0 :: Cimetière rpgique-