une scène mal interprétée (rafaelle)
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez

une scène mal interprétée (rafaelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyDim 7 Oct - 16:48



Depuis qu'avec Rafaelle les choses sont disons plus ... sérieuses ? Quel autre adjectif utiliser, stable ? Concrète ? Moi-même je suis perdu et je ne sais pas poser un mot sur la relation qui nous unit. Bizarre conviendrait le mieux. Elle me rend dingue, me rend marteau, me fait perdre les pédales et depuis sa visite de l'autre soir, c'est pire encore car je réalise enfin que je suis réellement attaché à cette nana. Et qui dit attache, dit qu'un jour ou l'autre j'en payerais le prix. Mais bizarrement, pour une fois, je n'ai pas envie d'y penser, mais au contraire, de profiter de sa présence. J'aime passer ma main dans ses cheveux, j'aime lui dire des mots doux (alors que ce n'est absolument pas mon genre habituellement), j'aime mater discrètement son popotin lorsqu'elle se lève et plonger mon regard dans son décolleté euh ... regard et rester la fixer aussi longtemps que je peux avec mes yeux d'amoureux. Je crois tout bonnement que je l'aime. Le hic, je ne sais pas comment le gérer, comment le lui dire, comment le lui faire comprendre. J'ai si peur que face à mes sentiments, elle parte en courant. Mais avant que je prenne mes couilles en main et me jette à l'eau, je me torture l'esprit en me posant un tas de questions. Confortablement installé devant mon écran plasma à jouer aux jeux vidéos, je tente ainsi de l'oublier un faible instant et d'essayer de me détendre. Sauf que je suis malheureusement interrompu par la sonnette. Sachant ma coloc' absente, je grogne avant de me lever. Qui ose venir me déranger pendant une partie ? Pensant immédiatement à Rafaelle, un mince sourire se dessine sur mes lèvres. Passant ma main dans mes cheveux afin de paraître plus propre, je vérifie aussi mon haleine qui est ... passable. Dans mon jogging et t-shirt sale, je ressemble à un clodo, mais pas le temps de me changer, je ne voudrais pas la faire patienter trop longtemps. J'ouvre finalement la porte en arborant mon plus beau sourire. Mais je déchante rapidement en découvrant Tatiana. Une russe que je me suis tapé il y a un bon moment et qui ne parle pas un mot anglais. Qu'est-ce qu'elle fout là cette conne ? Je grimace en la voyant et avant même d'en placer une, celle-ci se jette littéralement sur moi me couvrant de baisers. Dégueulasse. « Mi amour ! Ye t'aime ! » « Mais dégage sangsue ! ». Je la repousse comme je peux, mais celle-ci semble excitée comme pas possible. Le cauchemar. Elle tente de repartir à l'assaut, mais je lui en empêche en lui chopant les poignets. Insistant du regard pour qu'elle cesse son cinéma, elle continue. « Allons bouser comme des bêtes ! ». Désespéré d'un tel comportement, je ne fais pas attention à la délicieuse blonde qui vient de rentrer par la porte encore ouverte et qui vient d'assister à ce triste spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Maé Fowler
touchingly naive
Maé Fowler

messages : 16395
arrivée : 24/10/2011
avatar : baby blonde.
multinicks : anciennement rafaëlle coolidge.
disponibilité : donatello, levi,... libre (mp).
crédits : fade out.
real life : marine. (julie's girl ♡)

activité : petite secrétaire.
bonus à long terme : 96
touchingly naive

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur:
adresse:
répertoire:

une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyDim 7 Oct - 21:49

« INTERPRÉTATION SENTIMENTALE »,
Une histoire, c'est rarement une victoire. Toute histoire a un début qui devient avec le temps une fin ! Au début un couple, c'est toujours bien, Les premiers temps, c'est bourré de baratin. C'est naïf, c'est aveugle, et ça a l'air de ne pas avoir de frein, Puis c'est doux, c'est chaud, tout est harmonieux. On est complice, aucun supplice, en un mot c'est un délice. Sauf que le début est début, et que la fin c'est différent !
une scène mal interprétée (rafaelle) Tumblr_mb4rvvVdgm1rhworfo1_500
L'écho de ton coeur résonnait en toi. Il allait à vive allure, à vitesse folle. Impossible qu'il ne se calme. Il ressemblait à un cheval au galop qui venait de se faire effrayé. Ton esprit partait dans tous les sens, ton sang tanguait à l'intérieur de toi. L'évidence. Elle était là. Sous tes yeux. Ce baiser échangé avait eu l'effet d'une bombe en toi. Tellement dévastatrice. Bien pire qu'un ouragan rasant les côtes de la Californie. Bien plus atroce que n'importe quel sentiment tu avais pu ressentir ou acte que tu avais pu commettre. La vérité venait de t'exploser. Le doigt que tu espérais mettre sur ses sentiments que tu ne parvenais pas à déchirer, tu venais de le faire. Tout était devenu clair. Lucide. Tu venais de prendre conscience. Mais de quoi? De ta folie sentimentale. C'était Quentin que tu voulais et aucun autre. En voulant te persuader du contraire, tu n'avais fait qu'enfoncer ton coeur vers le chemin de cet homme. Ce même homme qui avait réussit à faire battre ton coeur comme aucun autres n'était parvenu à le faire jusqu'à présent. Tu ne savais plus quoi faire, encore moins que d'habitude, pourtant tes jambes s'étaient mise en marche. Tu avais planté cet être qui t'avait ouvert les yeux et tu courrais. Heureuse. Satisfaite. Euphorique. C'était dingue tous les sentiments qui te traversaient à l'instant même. C'était bien mieux que l'adrénaline du vol. Alors c'était ça éprouver des sentiments amoureux ? C'était ça de ressentir que son coeur avait été capturé par une âme. C'était tellement étrange sans être dérangeant. La folie s'emparait de toi, presque autant que l'amour. Tu devais folle, c'était horrible. Tu étais comme sur un nuage. Tu ne pensais pas un instant à ce qu'il allait se passer à la suite, tellement confinée dans ta soudaine prise de conscience. Tu ne te souvenais à peine du comment tu t'étais retrouvée devant cette vaste maison. Tu avais l'impression de revenir une semaine en arrière, vulnérable comme tout, les larmes dévastant ton visage pourtant si fort, à une exception prêt. Cette fois, ce n'était plus les sanglots qui s'affichaient, mais plutôt un immense sourire. Loin d'être ironique, mais plutôt sincère et joyeux. Un sourire éclatant comme il n'en n'avait jamais fleurit sur ton visage. Sans mégarde, tu avais passé le seuil et tu étais entrée sans sonné, voyant la porte à demi ouverte. « Quentin, je crois que je t'aime. » C'était sorti tout seul. C'était ça l'évidence. Tu n'avais pas réfléchis une seule seconde à la réaction qu'il aurait pu avoir. Encore moins à l'impact de tes paroles sur votre relation. Et là, sous tes yeux. Ce spectacle. Tout s'étais envolé en une fraction de seconde. Détruit, piétiné. Ton coeur si épanoui te serait désormais. Il n'était pas seul. Tu le regardais avec elle, elle avait se bras autant de son cou. Ça faisait si mal. Tu étais incapable de bouger, pourtant tu ne voulais faire qu'une chose. Fuir. Très loin. Pour la première fois de ta vie, tu étais face à une situation qui te dépassait. Tes yeux te piquaient et les mots de bousculaient dans ta bouche sans pourtant autant s'en échapper. Tu étais tellement en colère. Non, ce n'était pas de la colère, c'était de la tristesse. Tu avais cru.. L'instant d'un moment qu'il avait pu être différent. Que cette fois, il ne te lâcherait plus comme la dernière fois. « Je.. Je. » Mais rien de plus n'avait passé tes lèvres, tu t'étais juste contentée de tourner les talons, l'organe central arraché.


mise en page par fade out
POÈME DE ; Brokendreamsandlife

__________________________________


    _________________________
    " Astre de la nuit, passionnée par ces merveilles douces et rosées, elle sait que la nuit est trop courte pour laisser s'installer les doutes... Alors elle luit, dans la nuit et guide tous les esprits, égérie..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyLun 8 Oct - 18:10



Une chieuse. Voilà ce qu'elle est. Venir à une heure pareille et oser me déranger, quel culot. Surtout qu'il n'y a qu'une seule personne est autorisée à le faire, je vous laisse deviner qui. À tenter d'arrêter cette cinglée, je n'avais pas fait attention à Rafaelle qui venait de pénétrer dans l'appartement. Pourtant son entrée fut magistral. Malgré les piaillements de l'autre dingue, je perçus les quelques mots qu'elle venait de prononcer. Des mots que je rêve d'entendre depuis un petit moment maintenant. Des mots que moi-même désire exprimer pour lui montrer l'amour que je lui porte. Oui, de l'amour. Ce n'est ni une simple attirance, ni une amourette et plus qu'un simple plan cul. C'est de l'amour, le vrai, le seul, l'unique. Ce putain d'amour qui vous rend malade, mais où c'est agréable. « Quentin, je crois que je t'aime. ». Un large sourire se dessine sur mes lèvres. Béa, heureux, aux anges. J'en oublie même l'autre fille. Oui, car elle est toujours là et à la vue de la décomposition du visage de Rafaelle, j'en déduis que dans sa tête, les choses sont claires. Je suis un salaud. Soudainement déboussolé, décontenancé et totalement paniqué. Je repousse la petite russe, qui d'ailleurs en profite pour passer devant Raf' et s'en aller en lâchant un. « Pauv' coune ! ». Figé, paralysé, je n'ai qu'une envie, lui expliquer que ce n'est rien, qu'une mauvaise blague, un véritable quiproquo. Mais elle tourne les talons et commence à s'en aller. Je la rattrape par le bras, lui chope le deuxième et reste la fixer. Je suis dépassé par la situation et cela se lit sur mon visage. « Tu ... tu ... ». Tellement paniqué, je ne trouve pas les mots pour la rassurer. Oui, rassurer, car ce qu'il vient de se passer n'est rien, de ce fait, elle n'a pas à s'en faire. Je tente de reprendre ma respiration et de me calmer. « Cette ... arg chose ce n'est rien ! Qu'une débile qui s'est tapée l'incruste et pensait que j'étais toujours disponible sauf que .. que je ne le suis pas ! En plus, ce n'est qu'une face de salami, un thon, une larve ... je ... je ne sais pas quoi te dire pour te faire comprendre que la situation est finalement ironique ... ». Je m'emmêle les pinceaux, sors des bêtises et finalement mon discours ne veut rien dire. Voir son visage si triste et son regard vide, me blesse. Je ne veux pas la blesser. Je prends son visage entre mes grandes mains et reste la fixer sans ciller afin de lui prouver ma sincérité. Après quelques secondes de silence, je lui souffle un « Je t'aime ... ». Cette fille est spéciale, voilà pourquoi je lui dédis mon premier je t'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Maé Fowler
touchingly naive
Maé Fowler

messages : 16395
arrivée : 24/10/2011
avatar : baby blonde.
multinicks : anciennement rafaëlle coolidge.
disponibilité : donatello, levi,... libre (mp).
crédits : fade out.
real life : marine. (julie's girl ♡)

activité : petite secrétaire.
bonus à long terme : 96
touchingly naive

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur:
adresse:
répertoire:

une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyLun 8 Oct - 22:28

« INTERPRÉTATION SENTIMENTALE »,
Une histoire, c'est rarement une victoire. Toute histoire a un début qui devient avec le temps une fin ! Au début un couple, c'est toujours bien, Les premiers temps, c'est bourré de baratin. C'est naïf, c'est aveugle, et ça a l'air de ne pas avoir de frein, Puis c'est doux, c'est chaud, tout est harmonieux. On est complice, aucun supplice, en un mot c'est un délice. Sauf que le début est début, et que la fin c'est différent !
une scène mal interprétée (rafaelle) Tumblr_mb4rvvVdgm1rhworfo1_500
♬♬♬

Jamais tu n'aurais cru que d'apprendre à aimer ferait si mal. Tu n'avais jamais imaginé que d'ouvrir ton coeur, te le ferait payer si cher. Il se compressait en toi, il rapetissait, disparaissait, s'écrasait, se détruisait tout simplement. Il venait d'imploser. Apprendre enfin la bonne fonction de cet organe après vingt-quatre ans de vie sur terre et le regretter aussi vite, ça faisait mal. Si mal. La Rafaëlle forte et insensible de tout acte avait disparue. Ce n'était plus que ton ombre passée. Par sa seule présence, il était parvenu à te faire changer, te faire évoluer. Te faire découvrir quelque chose que tu n'aurais probablement jamais connu sans lui. Il était la cause de ton évolution. Il était aussi la cause de ta perte. Alors tu regrettais ce bout de femme que tu avais laissé de côté pour lui. Tu regrettais cette grande in-sentimentale. Tu regrettais tout simplement d'avoir guéri ton côté d'handicapée des sentiments. Il avait débarqué dans ta vie, non, il s'y étais incrusté et t'avait fait croire que tu étais une exception pour au final te reprendre tout ce qu'il avait pu t'offrir. Le voir avec cette salope te rendait dingue pourtant, t'étais comme paralysée. Tu venais de t'ouvrir à lui, de lui avouer tes sentiments et lui, complètement ignorant, il se dandinait aux bras d'une russe. Alors tu les fixais, d'un regard franc, vide. Tu ne laissais rien paraître. Tu effaçais la douleur de ton visage, comme tu l'avais toujours fait. Il souriait, tu ne comprenais pas. Il était donc si fière de son coup ? Il n'attendait que ça, le moment où tu le surprendrais et qu'enfin il se débarrassait de toi. Tout n'avait été qu'illusion. Les sentiments échangés n'avaient été que vent et lui n'avait été que tempête de ton coeur. Tu ne faisais pas attention à la blonde qui se cassait, ronchonnant un truc incompréhensible. Non, ton regard restait rivé sur ses traits alors qu'il s'approchait de toi, sourire rangé au fond du placard. « Tu ... tu ... » Il avait saisit tes poignets pour te retenir et te forcer à lui faire face. Supplice. Tu avais alors plongé ton regard dans le sien, tentant de savoir pourquoi il jouait avait toi. De comprendre pourquoi il t'avait rendue si vulnérable en sa compagnie. Tu te sentais salie. Il semblait malgré tout honteux. Non, ça ne ressemblait pas à de la honte, mais à de la déception, de la surprise, il semblait mal à l'aise. Pourtant, lui, n'avait pas le droit de jouer à la victime, pas sous tes yeux. Tu retenais ta respiration. Tu allais exploser. C'était indescriptible ce que tu pouvais approuver au moment même. « Cette ... arg chose ce n'est rien ! Qu'une débile qui s'est tapée l'incruste et pensait que j'étais toujours disponible sauf que .. que je ne le suis pas ! En plus, ce n'est qu'une face de salami, un thon, une larve ... je ... je ne sais pas quoi te dire pour te faire comprendre que la situation est finalement ironique ... » Tu l'écoutais sans broncher. Il s’emmêlait, se mélangeait, il s'enfonçait. Il faisait tout sauf te soulager de ce mal qui s'imposait en toi. Tu gardais le silence, incapable d'ouvrir les lèvres. A quoi bon se justifier alors que tu l'avais vu de tes yeux. Il avait déposé ses paumes contre tes joues pour te tenir le visage. Son regard, c'était lui ton évidence, il te désorientait encore plus. Tu voulais détourner les yeux sans y parvenir. Tu voulais fuir, sans que tu pieds ne le veuillent. Tu voulais le repousser sans que ton corps en soit capable. Oui, au final, tu étais bloquée, obligée de l'écouter parler et se confondre en excuse. « Je t'aime ... » Ton coeur s'était emballé, il avait loupé bien des battements en l'espace d'une seconde. C'était inespéré. Lui qui t'avouait t'aimer. Tu palissais face à ses mots qui t'avaient touché en pleins coeur. Tu les avaient attendu, tu t'étais attendue à sauter de joie, à les apprécier, à vouloir les lui entendre prononcer encore et encore, mais il n'en était rien. Pas de ces circonstances, pas après ça. « C'est ce que tu dis à toutes les filles qui tombent sous ton charme et qui te surprennes ? » Ça avait été les seuls mots qui avaient été apte à sortir. Tu baissais les yeux et détournais le visage pour ne plus à le regarder en face.


mise en page par fade out
POÈME DE ; Brokendreamsandlife

__________________________________


    _________________________
    " Astre de la nuit, passionnée par ces merveilles douces et rosées, elle sait que la nuit est trop courte pour laisser s'installer les doutes... Alors elle luit, dans la nuit et guide tous les esprits, égérie..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyMar 9 Oct - 19:13



En un clin d'oeil la situation m'a échappé. Au début désorienté par la tournure des événements, finalement je comprends la gravité de mes actes, ou plutôt ici des actes de l'autre débile. La débile = la russe qui s'est permis de venir jusqu'ici en pensant que je serais sienne. Quelle naïve. Mon coeur n'est pas un jouet qui se trimbale d'une fille à une autre. Lorsque je l'offre à quelqu'un, ce quelqu'un doit être spéciale et unique à mes yeux. Et c'est le cas de Rafaelle. Je n'ai connu ce sentiment qu'une seule fois dans ma vie et jusqu'alors je m'étais promis de ne jamais le ressentir à nouveau. C'est à la fois agréable, mais lorsque tout se brise, on souffre énormément. Je me souviens avoir eu le coeur brisé en mille morceaux. Alors en voyant Rafaelle s'imaginer certaines choses, je fus pris et envahis d'un vent de panique. Les choses se déroulaient plutôt bien jusqu'à présent, même si nous étions légèrement coincés lorsqu'il s'agissait d'exprimer nos sentiments. Et pile lorsqu'elle daigne enfin se jeter à l'eau, elle tombe sur moi et cette nunuche. Tentant de rattraper le coche, je vois à son visage qu'elle n'y croit pas un mot, et pourtant je n'ai jamais été aussi sincère. Encore plus lorsque je lui ai prononcé les quelques mots qui expriment pleinement ce que je ressens à son égard. Je l'aime. C'est aussi simple et con que ça, mais il m'a fallu un bon moment avant de le comprendre, l'assimiler et lui dire. Je m'en veux d'ailleurs d'avoir tant traîner, car maintenant je me retrouve dans une situation délicate à plaider mon innocence. « C'est ce que tu dis à toutes les filles qui tombent sous ton charme et qui te surprennes ? ». Je ne m'attendais pas à ce genre de réaction. Je suis comme un con face à elle à ne pas savoir quoi répondre. Pourtant j'ai la réponse. C'est non. C'est la première à qui je le dis et surtout pour qui c'est 100% sincère. Finalement je prends mon courage à deux mains et dans un soupire, je réponds. « ... en fait, tu es la première à qui je le dis .. ». Je me sens nul, à nu et à découvert. J'avais tant rêvé de ce moment lorsque je lui dirais les yeux dans les yeux que je l'aime. J'avais imaginé une autre réaction de sa part. Me sentant rejeté, je n'abandonne pas pour autant. « Rafaelle, je ne sais pas comment te faire comprendre que tu as déclenché en moi des sentiments que je ne connaissais pas jusqu'alors. Je ne savais même pas que je pouvais aimer quelqu'un d'une telle façon ... , tu .. tu me rends complètement dingue et cela dure depuis un moment, sauf que je n'avais pas les couilles pour me jeter dans le grand bain comme tu viens de le faire avec moi. Tu es juste tombée au mauvais moment avec cette dingue, que je connais à peine et qui ne signifie rien pour moi. ». Je prends une pause, il faut bien que je respire, puis je reprends ma tirade. « ... s'il le faut, je répéterais jusqu'à ce que tu me crois ... que je t'aime, oui, je t'aime, je t'aime, je t'aime et ... je t'aime. Putain il n'y a rien d'autre à comprendre .. je .. punaise je deviens fou ... voilà ce que tu déclenches en moi, une folie démesurée, car pour toi je .. je décrocherais la lune. Et s'il le faut, le soleil aussi, puis mars et .. et ... » Ferme-là. De toute façon mon imagination est à court d'inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
Maé Fowler
touchingly naive
Maé Fowler

messages : 16395
arrivée : 24/10/2011
avatar : baby blonde.
multinicks : anciennement rafaëlle coolidge.
disponibilité : donatello, levi,... libre (mp).
crédits : fade out.
real life : marine. (julie's girl ♡)

activité : petite secrétaire.
bonus à long terme : 96
touchingly naive

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur:
adresse:
répertoire:

une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyDim 14 Oct - 23:01

« INTERPRÉTATION SENTIMENTALE »,
Une histoire, c'est rarement une victoire. Toute histoire a un début qui devient avec le temps une fin ! Au début un couple, c'est toujours bien, Les premiers temps, c'est bourré de baratin. C'est naïf, c'est aveugle, et ça a l'air de ne pas avoir de frein, Puis c'est doux, c'est chaud, tout est harmonieux. On est complice, aucun supplice, en un mot c'est un délice. Sauf que le début est début, et que la fin c'est différent !
une scène mal interprétée (rafaelle) Tumblr_mb4rvvVdgm1rhworfo1_500
Tu t'attendais tout sauf à ça. Les mots qui sortaient de ta bouche était semblables à une douce mélodie romantique digne d'une chanson de U2. C'était la seule à laquelle tu t’attendais le moins tout en l'espérant du plus profond que toi. Tu ne t'en étais pourtant pas rendue compte jusqu'à ce que sa déclaration ne soit belle et bien réelle. C'était tellement beau et fort. Le plus beau de tous tes moments passé avec lui. Mais cette image de lui avec cette blonde dans les bras te gâchait absolument tout. Il avait toujours été un dragueur. Un mec à fille, un bad boy qui ne pensait que par sa queue. Comme tous les hommes. Il te l'avait déjà prouvé par le passé en te laissant du jour au lendemain sans la moindre raison. Seulement, lors de cette fameuse soirée à la plage, alors que les feux d’artifices avaient ébloui vos regards, tu l'avais laissé entrer dans ta vie. Tu l'avais laissé devenir plus qu'un plan cul. Comme tu l'avais te laisser convaincre qu'il était différent. Tu lui avais alors offert un certain contrôle sur toi, tu lui avait offert ce qu'un autre homme n'avait réussir à détenir de toi. Tes doutes, ton coeur, mais aussi ton premier je t'aime. Ce n'était pas anodin putain. Ton coeur pleurait, mais ses mots t'avaient quelques peu rassuré sans réellement le faire. A nouveau, tu te retrouvais devant un carrefour. Un peu comme si vous n'étiez réservés que pour un chemin de choix sans fin. Tu lui avais répondu sèchement à son je t'aime. Ce n'était pas une phrase qu'on balançait à tout bout de champ. Pas à tes yeux du moins. Il avait paru tellement sincère malgré tout. Tu ne savais plus quoi penser. Tes mots avaient dépassé ta pensée. Ta détresse se lisait dans ton regard alors que tu n'osais plus lui faire face. Tu te devais de rester forte. Il n'avais pas lâché tes poignets. Tu te sentais incapable de t'en séparer de toute manière. Tu avais relevé le regard pour le plongé dans le sien. Tu voulais tenté de comprendre ce qu'il cherchais auprès de toi. « ... en fait, tu es la première à qui je le dis .. » Une légère lueur d'espoir était alors apparue, mais tu tentais de rester de marbre. Oui il te touchait, comme personne d'autre. En plein coeur. S'il avait pu arraché l'un de tes organe de ton corps, c'était bien celui-là. « Rafaelle, je ne sais pas comment te faire comprendre que tu as déclenché en moi des sentiments que je ne connaissais pas jusqu'alors. Je ne savais même pas que je pouvais aimer quelqu'un d'une telle façon ... , tu .. tu me rends complètement dingue et cela dure depuis un moment, sauf que je n'avais pas les couilles pour me jeter dans le grand bain comme tu viens de le faire avec moi. Tu es juste tombée au mauvais moment avec cette dingue, que je connais à peine et qui ne signifie rien pour moi. » Il avait fait une pause. Ses mots étaient entrés en toi, avaient parcouru la moindre surface de ton corps. Ils te remplissaient d'une douce sensation. Tu étais là, face à lui, entrain de flancher sous le poids de ses paroles. « ... s'il le faut, je répéterais jusqu'à ce que tu me crois ... que je t'aime, oui, je t'aime, je t'aime, je t'aime et ... je t'aime. Putain il n'y a rien d'autre à comprendre .. je .. punaise je deviens fou ... voilà ce que tu déclenches en moi, une folie démesurée, car pour toi je .. je décrocherais la lune. Et s'il le faut, le soleil aussi, puis mars et .. et ... » Il s'était soudainement coupé, comme gêné de tout ce qu'il venait de t'avouer et toi, tu restais là, face à lui, béates de son flot de phrase. Tu discernais bien chaque mots, incertaine d’avoir bien compris. Lui ouvrir ton coeur sans retenue, c'était prendre le risque qu'il ne te détruise, mais au point où tu en étais, tu t'en fichais pas mal. Il n'y avait plus que lui qui comptait. Il n'y avait toujours eu que lui. Lui et son côté bon enfant. Toutes tes appréhensions s'étaient alors envolées. Tu avais poussé un soupire de soulagement et tu avais placé ton index contre ses lèvres afin qu'il les laissent close. « Embrasse-moi idiot. » Tu avais enfin décidé de prendre le risque d'aimer. Sans plus attendre, tu avais entouré sa nuque de tes bras pour le rapprocher de toi et tu avais scellé vos lèvres avec envie et passion. Pour la première fois, tu l'embrassais d'un amour certain. D'un amour enfin avoué. « De toute manière, elle ne faisait pas le poids face à moi. » Entre un baiser, tu avais lâché un petit rire. Aimer, c'était aussi pardonner et donner sa confiance à l'autre. Tu étais prête à le croire.


mise en page par fade out
POÈME DE ; Brokendreamsandlife

__________________________________


    _________________________
    " Astre de la nuit, passionnée par ces merveilles douces et rosées, elle sait que la nuit est trop courte pour laisser s'installer les doutes... Alors elle luit, dans la nuit et guide tous les esprits, égérie..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyMar 23 Oct - 17:48



Je me sens vidé, totalement nu. Première fois que je me livre autant pour une fille, et bien ça a l'effet du bombe. Après ce long monologue, j'avoue que je suis en perte de mots pour enchaîner. Tel un con ne sachant plus quoi dire, je scrute la moindre de ses réactions. Si elle me rejette avec ça, j'aurais le coeur déchiré, brisé, pire ... , en fait je ne trouve pas de synonyme pour décrire ce à quoi il pourrait ressembler. Mais une chose est certaine, je serais dévasté. C'est donc ça l'amour, ça marche ou tu crèves. Et sincèrement, je ne veux pas crever, pas si jeune et en si bonne santé. J'appréhende ce qu'elle va bien pouvoir me sortir, me répondre. Et la peur se lit dans mon regard. Me préparant au pire, finalement je sens son index se poser sur mes lèvres. En gros, je la ferme, même si je ne comptais pas l'ouvrir. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Tait-toi tu racontes que de la merde ? Ou ... « Embrasse-moi idiot. » . Je préfère. D'un seul coup la pression redescend, le sourire refait son apparition et mon coeur rebat à cent à l'heure. Tout va donc pour le mieux. Tant de frayeur, tant de crainte, pour finalement qu'elle me demande de l'embrasser. Et c'est ce que je fis lorsque je sentis ses bras m'entourer. Je lui offris un doux, un tendre, un passionné baiser signe de tout mon amour pour elle. « De toute manière, elle ne faisait pas le poids face à moi. » Systématiquement, je réponds. « Quelle conne de penser que je pourrais aimer une autre femme que toi ... . C'est étrange de le dire à haute voix ... aimer. Oh Rafaelle, je t'aime ! » dis-je en lâchant par mégarde un petit rire. Oui, je trouvais ça hilarant. Tant d'années pour enfin le dire à quelqu'un. Enfin, d'un côté, je suis encore jeune. Mais je ne le regrette pas, car il fut offert à la plus belle. Me sentant envahit d'une immense joie, je la fis partager avec la belle en la prenant dans mes bras afin de la faire tournoyer. Finalement je cesse de faire le con et de tenter de ressembler à un quelconque prince charmant et repose la demoiselle au sol. La fixant de mon doux regard, je reprends la parole en y mettant une intonation un peu coquine. « Bon du coup ... nous sommes ... comment dirais-je sans te faire fuir ... , hum ... un DUO ! Voilà, un peu comme tintin et milou, ou tic et tac ... ». Il faut que j'apprenne à la fermer, ou à en dire moins. « Qu'importe ce qu'on est ..., de toute façon il n'y a plus que toi dans mon coeur .. ». Con sur les bords, mais je me rattrape plutôt bien. Affichant un mince sourire, j'approche à nouveau mes lèvres des siennes afin d'y goûter à nouveau. Pire qu'une drogue cette nana.
Revenir en haut Aller en bas
Maé Fowler
touchingly naive
Maé Fowler

messages : 16395
arrivée : 24/10/2011
avatar : baby blonde.
multinicks : anciennement rafaëlle coolidge.
disponibilité : donatello, levi,... libre (mp).
crédits : fade out.
real life : marine. (julie's girl ♡)

activité : petite secrétaire.
bonus à long terme : 96
touchingly naive

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur:
adresse:
répertoire:

une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptyJeu 15 Nov - 17:32

« INTERPRÉTATION SENTIMENTALE »,
Une histoire, c'est rarement une victoire. Toute histoire a un début qui devient avec le temps une fin ! Au début un couple, c'est toujours bien, Les premiers temps, c'est bourré de baratin. C'est naïf, c'est aveugle, et ça a l'air de ne pas avoir de frein, Puis c'est doux, c'est chaud, tout est harmonieux. On est complice, aucun supplice, en un mot c'est un délice. Sauf que le début est début, et que la fin c'est différent !
une scène mal interprétée (rafaelle) Tumblr_mb4rvvVdgm1rhworfo1_500
Parfois un regard en disait plus que des mots ou dans d'autres circonstances, les mots avaient un poids bien plus important. Comme en ce moment alors que tu venais d'avouer ton premier je t'aime à une personne humaine. Le prononcer de vive voix, de la sorte avait sonné dans l'air comme une réelle déclaration. L'incident intervenu au moment où tes lettres avaient percuté l'esprit de Quentin s'était comme envolé. Oublié. Il n'y avait plus que toi et lui, dans votre monde. L'instant était intense. Tu n'avais jamais vécu une telle chose de ta vie et sans doute que tu n'en vivrais pas d'autre aussi fort que celui-là. C'était sans doute ton premier amour. Le seul. Vous étiez comme relié. Tu pouvais sentir son coeur battre contre ta poitrine alors que son corps avait l'effet d'une douce caresse sur le tien. « Quelle conne de penser que je pourrais aimer une autre femme que toi ... . C'est étrange de le dire à haute voix ... aimer. Oh Rafaelle, je t'aime ! » Tu souriais de sa réplique, il aimait parler et tu avais appris à aimer l'écouter. Lui et ses bêtises. Pourtant chacune de ses phrases, aussi pittoresques avaient-elles été, signifiaient toujours quelque chose. Il fallait juste en saisir le sens. Quentin était un homme à part. Dorénavant, c'était le tien. L'entendre prononcer ses sept lettres qu'avaient signé la fin de son baratin résonnait telle une douce mélodie en ton fort intérieur. Ils te réchauffaient le coeur. Tu découvrais à peine la signification de ces mots, mais d'une certaine manière, c'était comme si tu ne pouvais déjà plus t'en passer. Tu l'embrassais en finesse, le sourire collé aux lippes. La joie pouvait se lire sur ton visage comme sur aucun autre. Ses bras s'étaient refermés autour de toi et tes pieds décollaient du sol. Te laissant prendre au jeu, tu écartais les bras comme pour prendre une bonne bouffée d'air frais, prête à crier ton bonheur au monde entier. Il t'avait tellement changé. Ou peut-être étais-tu restée la même et que c'était simplement l'immensité de son pouvoir sur toi qui faisait tout. Oui, tu étais fin prête à assumer qu'il ne te laissait pas indifférente. Ça avait toujours été le cas quelque part. Les cheveux dans le vide, virevoltant, tu repensais à la soirée de la plage, celle où vous vous étiez déjà retrouvé dans cette même situation. Lui te faisait tournoyer dans les airs. C'était là que tout avait réellement commencé. L'engrenage s'était mis en route pour ne pas vous épargner. Sous les feux d’artifices, il s'était passé quelque chose de vrai. De nouveau. Tout ses moments passés en sa compagnie étaient nouveaux. « Bon du coup ... nous sommes ... comment dirais-je sans te faire fuir ... , hum ... un DUO ! Voilà, un peu comme tintin et milou, ou tic et tac ... ». Ton coeur tremblait. Il était touché. Ton histoire avec lui n'était pas un conte de fée à proprement parlé, mais il serait le votre. Votre duo, comme il venait si bien de le dire, guiderait tes prochains pas. L'idée d'un 'nous' était bizarre à penser. Le terme couple , encore plus. « Qu'importe ce qu'on est ..., de toute façon il n'y a plus que toi dans mon coeur .. » Que d'émotion à travers ton regard. Il avait un don avec les mots. Il battait à plate couture Cupidon et ses stupides flèches. Tu caressais sa joue et ses lèvres s'emparaient des tiennes avec gourmandises. Tu levais un peu plus sur la pointe des pieds et tu te collais d'avantage contre son buste. « Jusqu'à présent, ça n'a jamais été moi qui ait fui.. » Tu lui envoyais une légère pique bon enfant en souvenir du passé désormais bien révolu. Tu l'espérais du moins. « Comme le ying et le yang. Quelque part, ça sonne plus poétique que le mot à proprement parlé.. » Il comprendrait ce que tu voulais lui dire. Couple. Ces six lettres réunies avaient une consonance tellement bizarre et unique en toi que le prononcer aurait été sans doute affreux, mais qu’importe ce que tu disais ou pensait, au fond, c'était un peu ce que vous étiez devenu à présent. « Toi, moi. Fin nous. Contre le monde. » Tu acquiesces d'une fine risette. A ton tour de divaguer. Tu ne valais guère mieux que lui en parole.


mise en page par fade out
POÈME DE ; Brokendreamsandlife
désolée pour ce machin médiocre, j'avais tellement pas la tête à rp mais en même temps, j'avais besoin de me détendre. je me rattraperai.

__________________________________


    _________________________
    " Astre de la nuit, passionnée par ces merveilles douces et rosées, elle sait que la nuit est trop courte pour laisser s'installer les doutes... Alors elle luit, dans la nuit et guide tous les esprits, égérie..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) EmptySam 17 Nov - 18:29



Avec elle, tu te sens vivant. Elle te fait vibrer chaque membre de ton corps, du bout de tes orteils à la racine de tes cheveux. Un simple regard, et tu fonds d'amour pour elle. Comment se sentir à la fois si puissant, fort, mais aussi faible, comme si on avait la corde au cou ? L'amour c'est étrange. Ça nous donne des papillons au ventre, comme des vertiges. À la fois agréable et effrayant. Deux sentiments contradictoires qui s'opposent l'un et l'autre. Mais après avoir passé l'étape du je t'aime, tu te sens libérer d'un poids qui te pèse depuis des semaines, des mois, depuis cette soirée à la plage au final. Et vivre avec un tel poids, ce n'est pas facile. Tu te sentais ankylosé et tu ne pouvais avancer. Tu étais bloqué à un même stade qui t'empêchais de vivre. Mais dorénavant tu te sens léger, libre de pouvoir exprimer tes sentiments, comme bon te semble. Dire je t'aime lorsque l'envie y est. « Jusqu'à présent, ça n'a jamais été moi qui ait fui.. ». Tu grimaces gentiment. Tu te rappelles également. Le passé. Et quel passé. Tu l'avais pour toi, peut être pas rien que pour toi, mais tu l'avais, tu t'amusais avec elle et tu as brisé le lien qui vous unissait. Mais aujourd'hui quand tu y penses, tu te dis que si tu ne l'avais pas laissé, tu ne serais pas là à lui dire des mots doux. Votre relation serait restée au même stade et rien n'aurait avancé. Vous avez vécu des coups durs, vous vous êtes faits des coups vaches, vous vous êtes détestés, mais dorénavant, vous vous aimez. « Comme le ying et le yang. Quelque part, ça sonne plus poétique que le mot à proprement parlé.. ». Tu lui souris. Ton regard plongé dans le sien, tu n'arrives pas à la quitter des yeux. Elle t'envoûte, te charme d'un sourire et tu ne peux plus t'en décrocher. Telle une moule à son rocher. Tu es tellement ravi de la tournure des choses, que tu la laisses dorénavant parler. Tu ne dis plus rien. « Toi, moi. Fin nous. Contre le monde. » Mais tu continues de lui sourire tendrement à chaque phrase qu'elle ajoute. Tu n'as qu'une envie, lui saisir le visage, approche le tien et y coller tes lèvres. Donc c'est toujours avec ton air béa de gamin bavant devant un étalage de bonbon, que tu t'exécutes. Tu te laisses entraîner par la fougue du baiser et te saisis des hanches de la demoiselle. Tu l'emportes avec toi vers le comptoir de la cuisine qui se trouve quelques pas plus loin. Finalement, tout en prolongeant le baiser, tu la soulèves du sol pour la poser délicatement sur le dit comptoir. Te décollant enfin d'elle, tu ré affiches ce sourire de crétin amoureux. « Une envie ! ». Puis de ta main tu viens caresser délicatement sa joue remettant au passage une de ses mèches de cheveux. « Mais .. hum ... je trouve que tu as perdu de ta fougue ! Tu étais plus ... sauvage par le passé, si mes souvenirs sont bons ... » dis-tu tout en te remémorant cette nuit dans la cabane de plage. Tu la taquines, mais c'est une habitude que tu n'as pas envie de perdre, car cela t'amuse de la titiller un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



une scène mal interprétée (rafaelle) Empty
MessageSujet: Re: une scène mal interprétée (rafaelle) une scène mal interprétée (rafaelle) Empty

Revenir en haut Aller en bas

une scène mal interprétée (rafaelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et maintenant la chanson qui vous agace, éverve le plus...
» De l'interprétation des points de vie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 2.0 :: Cimetière rpgique-