(fauve) why'd you only call me when you're high?
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez

(fauve) why'd you only call me when you're high?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aeden Chapman
lone wolf
Aeden Chapman

messages : 6890
arrivée : 12/09/2011
avatar : aaron taylor-j.
disponibilité : no babydoll.
crédits : whiskey lullaby pour l'avatar, ma fauve parfaite (clem, redsoul) pour la signature. ♥.
real life : alexia ; side.effect

activité : peintre (maudit). à part ça, pratique l'art de ne rien foutre à longueur de journée.
bonus à long terme : 0
lone wolf

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: don't care
adresse: hart's
répertoire:

(fauve) why'd you only call me when you're high? Empty
MessageSujet: (fauve) why'd you only call me when you're high? (fauve) why'd you only call me when you're high? EmptyVen 31 Jan - 19:45

★★★
but you're starting to
bore me baby, why'd you only
call me when you're high?

Il est tard, très tard et Aeden ne dort pas. Des insomnies, encore. Toujours. C'est chaque fois la même histoire. Il se couche à des heures régulières parce que c'est ce que les gens font. Mais alors qu'il tourne et retourne sans cesse dans son lit, le sommeil ne vient pas. C'est le trou noir, le trou sans fin, les pensées qui tournent et qui tourbillonnent sans arrêt. Il a trop de pensées. Trop de choses à penser, trop à se rappeler. C'est probablement tout ce qu'il l'empêche de dormir. Il est seul. Fauve est sortie, il ne l'a pas vue de la journée. Peut-être que ça lui fait quelque chose, après tout, que ça fait partie de tous ces trucs qui l'empêchent de fermer l'oeil. Alors il se lève et il fait le tour de leur minuscule appartement. Une fois, puis deux. Il allume une clope dont il profite assis sur la rembarde du balcon. Il se sert un café, aussi. Une tasse, puis deux. Cinq minutes ont passé. Le temps défile lentement, il prend tout son temps. Il ne se fait pas presser. Il se pose devant son chevalet, une toile vierge. Quelques pots de couleur différentes sur une étagère tout près. En face, un vase. Les vanités, il adore ça. Pourtant, rien ne vien. C'est toujours s'il arrive à tenir son pinceau. Ses mains tremblent soudainement, l'image de sa toile qu'il comptait peindre s'évanouit aussitôt dans son esprit. Il mélange quelques couleurs sur une palette et trace un trait au hasard, au beau milieu de la toile blanche. Puis un autre et enfin un troisième, avant de se rendre compte que rien de ce qu'il a commencé ne lui convient. Il laisse échapper un long soupir, incapable de peindre quoi que ce soit. Comme si après toutes ces années, il ne savait tout simplement plus comment faire. Ces derniers temps, il n'arrive plus à grand chose de toute façon. D'un geste de colère, il renverse de chevalet, il s'asperge de quelques marques de peinture dans le processus. Sans même y jeter un coup d'oeil de plus, il décide qu'il est temps pour une balade. Il jette ses affaires dans la coin de la pièce et sort faire un tour. Après tout, il aura tout le loisir de ranger (ou plutôt de déplacer le bordel ailleurs) lors d'une autre nuit. C'est ainsi toutes les nuits. Il se lève et il sort. Peut-être qu'il trouvera enfin l'inspiration, peut-être qu'il trouvera une réponse à ses questions qui le tiennent éveillé chaque nuit depuis tant d'années. Avec un peu de chance, peut-être qu'il croisera même le chemin de son animal sauvage, sur le retour. D'ailleurs, en parlant d'elle, ses pas le conduisent presque miraculeusement dans ce petit bar de la ville qu'elle a l'habitude de fréquenter. Il entre, il est certain de la trouver, et commande un verre au comptoir. Sa tête pivote et justement la voilà. « C'est donc ici que tu te caches. »

__________________________________

(my skin is on fire every time I see you) i want to tell her the five most important things she needs to know before she leaves, but we haven’t spoken all morning. i made the coffee without being asked. she took it the same way. i say five, but there could be more. i’m sure there are more, but five it's good, i think. enough but not too many things to carry with her. she wouldn’t listen beyond five, anyway. a calm has settled over her. i say five, but really, there’s only one thing, only one thing to tell her.. don’t go. (till my heart stops beating, fauve m. & aeden c. ♥♥)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



(fauve) why'd you only call me when you're high? Empty
MessageSujet: Re: (fauve) why'd you only call me when you're high? (fauve) why'd you only call me when you're high? EmptySam 1 Fév - 20:58

★★★
I can hear him fighting
With her for no good reason
Will this ever end?

Elle traine ses pieds sur le sol, ses talons claquent, ses hanches se balancent, ses cheveux volent et son esprit danse. Elle est entrée. Elle découvre avec plaisir et excitation les lieux. Ses yeux se posent un peu partout, elle analyse, elle balaye les tables et les chaises, la piste de danse et le bar. Elle s’avance doucement. Discrète et silencieuse. Elle s’assoit sur un tabouret. La chaleur que dégage les musiciens lui donnerait presque envie de danser. Elle aime cette musique. Elle en vient même à aimer les hommes qui jouent et la femme qui chante. Elle commande un verre. Sa vodka citron arrive. Elle la prend dans sa main et la porte à ses lèvres. Si la journée elle est le reflet d’une jeune fille perdue et désœuvrée, cette nuit, elle n’était rien d’autre qu’une jeune femme qui semble avoir un certain pouvoir. Elle se dévêtit de son manteau, le laisse glisser le long de son corps de velours et le dépose à ses côtés. Elle lève le regard, ses yeux bleus transpercent celui d’un homme. Elle pense le connaître. Elle croit. Elle doute. Il ressemble à son père. Il est aussi beau. Il semble aussi intelligent. Elle sourit et elle a l’impression de lui faire face alors elle est heureuse. Elle sait qu’elle se souvient encore de son visage. Elle sait aussi que ce n’est pas lui. Son père déteste les bars, déteste l’Amérique et par-dessus tout, il ne sait plus sourire. Mais cet homme a un rictus. Il a un rictus et il rit. Elle finit par poser son regard ailleurs puis elle se lève et se retrouve sur la piste de danse. Doucement, ses hanches suivent le mouvement des notes, ses mains suivent la cadence, montant et redescendant le long de son corps. Elle se perd au milieu de la foule. Parfois la lumière l'éclair et elle disparait de nouveau dans l'obscurité. Il est encore tôt mais elle sait qu'elle va passer sa nuit ici. Elle est seule, elle a l'habitude. C'est son petit moment où elle se retrouver, rencontrer des nouvelles personnes. Elle profite des rencontres hasardeuses qui ne donneront jamais rien avant de se faire happer par la réalité.

Les heures sont passées, elle est assise à une table, elle parle, elle rit, l'écho de son rire résonne dans le bar, on l'entendrait à des kilomètres. Sa main se pose sur l'épaule d'un homme puis elle finit par se tourner vers une fille qu'elle trouve bizarre mais avec qui elle a énormément parlé toute la soirée. L'alcool est dans ses veines, il lui ait monté à la tête. Elle a les pupilles dilatées à cause de la pastille du bonheur que l'on vient de lui donner. Elle a sentit son coeur se décoller et l'euphorie monter. Elle a envie de danser. Alors que tous les autres restent assit et que la plupart des gens sont rentrer, Fauve, égale à elle même, se fout du regard des personnes présentes et elle va se déhancher sur l'air que joue les musiciens. Elle a toujours aimé ce bar car ce n'était pas un bar comme les autres. Y jouaient des artistes peu connut, en recherche constante d'un peu de reconnaissance mais ne courant pas après la célébrité. C'est ce qu'elle préférait chez eux. Elle virevolte, ses cheveux se balancent, ses talons claquent et son regard se pose enfin. Elle retrouve un semblant de calme. Elle voit se dessiner une silhouette qu'elle reconnaitrait entre milles. Elle court, l'adrénaline se dégage et elle s'avance vers lui. Et doucement elle s'assoit à ses côtés. « Bonsoir .. » Sa voix est sulfureuse, elle joue la tentatrice. C'est le côté bestial de l'enfant sauvage. Elle finit par lui sauter dans les bras et l'embrasse comme une adolescente. Les baisers d'une jeune fille qui n'aurait pas vu son copain depuis des mois. Elle se redresse, un grand sourire aux lèvres et virevolte sur elle même. « Je suis.. COMPLÈTEMENT.. bourrée. » Et elle en rit, comme si c'était drôle, comme si ça allait le faire rire. Alors que pas du tout. Mais elle rit quand même. Elle se retourne et elle pointe le groupe de personne avec qui elle était et sa voix devient fluette. « J'ai des nouveaux amis ! Ils m'ont offert pleins de verres. J'avais plus rien sur moi ! Viens je te les présente ! »
Revenir en haut Aller en bas

(fauve) why'd you only call me when you're high?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi la hyène rit-elle ? Parce qu'un fauve ne pleure pas.
» Pelage Fauve
» Second champs à Tours
» 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'
» HI, CALL ME MISTER SUNSHINE. [ Louise ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 3.0 :: Cimetière rpgique-