parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\
TOP PARTENAIRES DE PWL

plus?vous?voter


MEMBRES DU MOIS
PWL

RPGISTE DU MOIS
Adel De Lavauderie

RPGISTE DU MOIS
Chuck B. Onekung

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Fermeture de PWL.

Partagez

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyVen 23 Mar - 20:41


parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Tumblr_m1cmid2vFA1qjnnc9o1_500
chuck & eliott

“ Parfois le plus dure est de faire semblant que tout vas bien pour le plaisir des autres alors qu'on a qu'une envie c'est de crever. ”


Depuis deux jours je tourne en rond, je sais très bien que je dois faire quelque chose. Quarante-huit heures que je me dis qu'on doit en parler, que je dois, quoi ? m'excuser ? Pour quoi ? Pour qui ? J'en sais rien, mais depuis la fin de la super bowl, depuis que je l'ai vu quitté le bar je sais que je dois lui parler, qu'on doit parler. Qu'on doit remettre les choses au clair, que l'autre nuit n'était qu'une erreur, que j'ai tourné la page, que oui certes Colleen semble être d'après ce que j'ai compris, son amie, mais j'y peux rien, je le savais pas. Et j'ai le droit de coucher avec qui je veux. Parce que j'ai pas à m'excuser, oui exactement. Je dois pas m'excuser pour ça, non ?! Je sais plus...
Alors le message est partit, envoyé, et sa réponse n'a pas tardé. Pire même je dirais, mon téléphone a presque instantanément sonné. Lui aussi aurait-il donc en lui toujours mon souvenir ? Ne pas y penser ! Ne pas se laisser avoir par ces conneries ! Rendez-vous fixé, fin de soirée, chez moi. Évidement que je ne me vois pas débarquer chez lui pour lui expliquer que coucher ensemble était pas une excellente idée ! Alors c'est chez moi que ça tombe, alors que je ne sais pas à quoi ressemble sa maison, ni même quel tête ont ses gamins... peut-être que je les ai déjà croisé sur le chemin de l'école quand moi je pars au boulot... Je soupire fermant mon c, décidant d'aller terminer de bosser à la maison.

Je quitte donc le boulot pour rejoindre ma maison, le temps magnifique me permettant d'enfin ressortir les transat autour de la piscine mais aussi de pouvoir installer le parasol et d m'installer tranquillement dehors pour bosser une fois tout cela installé. Au moins c'est calme ici, personne à m'énerver, les barricade qui entourent mon jardin m'amènent la plus grande intimité. Et je peux donc profiter du calme et de seulement la pompe dans la piscine pour continuer mon article sur le nouvel engouement pour la super bowl de cette année... Peu importe, j'essaye de ne pas regarder le temps passer, de ne pas y penser , m'occuper l'esprit, les mains, tout faire pour ne vraiment pas me laisser torturer ! Les heures passent et c'est la sonnerie qui me fait lever là tête, vu l'heure ça ne peut être que lui évidement ! J'inspire en délaissant mon ordinateur portable sur la terrasse pour me diriger à l'intérieur pied nu et vêtu d'un simple jean et d'un tee-shirt. Ouvrant la porte, je me force à rester stoïque à sa vu. Il est venu ! Vas-y entres...




Dernière édition par Chuck B. Onekung le Mar 17 Avr - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptySam 24 Mar - 14:25

Instinctivement je regardais l'horloge située juste au dessus de la tête du type assis en face de moi, déjà une heure qu'il racontait sa situation, mais mon cerveau n'était pas du tout concentré et je n'avais absolument aucune idée de ce que ce nouveau client racontait. Je me contentais de hocher la tête de temps en temps et visiblement ça passait très bien. Il finit enfin son monologue au bout de plusieurs longues minutes et je saisis l'occasion pour le remercier poliment, lui indiquant de reprendre un rendez-vous avec ma secrétaire, que je prenais son cas, ect. Je profite donc enfin du moment de répit pour respirer et reprendre mes esprits, la soirée du Superbowl toujours ancrée dans ma mémoire, depuis deux jours, ça faisait deux jours que j'avais quitté le bar telle une furie, enfin tel un idiot surtout, submergé par la jalousie, d'apprendre que Chuck couché avec une fille, et pas n'importe laquelle, non, Colleen, une amie, proche à qui je m'étais confié, en qui j'avais confiance, bon certes, ni l'un ni l'autre ne le savait mais c'était plus fort que moi, je l'avais très mal pris et surtout après avoir couché avec Chuck, après avoir réveillé tous ses souvenirs !

Je me dirige vers ma Tassimo, un café me fera le plus grand bien, j'appuie sur le bouton, lorsque je sens mon portable vibrer dans ma poche. Un coup d'oeil et le nom de Chuck apparaît sur l'écran, mon cœur s'arrête un moment de battre, je le fixe pour être sur que mes yeux fatigués par le manque cruel de sommeil de me trompe pas, je lis le message, il veut qu'on parle ? Ok ça je devais m'y attendre après le spectacle que je fais au bar pas étonnant qu'il veuille qu'on parle, je sais bien ce qu'il veut me dire, que c'était une simple nuit rien de plus, un adieu, qu'il ne me pardonnera jamais, il doit certainement me haïr à l'heure qu'il est bien plus qu'avant, après le bordel que j'ai foutu dans sa vie, même si je n'ai jamais voulu ça, bien évidemment, mais je détruit tout ce que je touche.

Je lui réponds, lui demandant où et quand, il souhaitait qu'on se voit, et rendez-vous est donné chez lui après le boulot . Je range mon portable, boit une gorgée de café et reprend place derrière mon bureau une tonne de dossier m'y attendant sagement. Je passe donc la journée entre les dossiers et mes rendez-vous avec des clients qui paraissent plus ennuyeux les uns que les autres, incapable de rester concentré plus cinq minutes, mon esprit étant bien trop absorbé par mon rendez-vous avec Chuck.

18H. Je raccompagne mon dernier client, demandant à ma secrétaire d'annuler mes autres rendez-vous de la journée, mon crâne allait exploser, je préfère les reporter à un autre jour. Je ramasse mes affaires et rentre chez moi me changer, me balader en costume par cette chaleur allait me tuer, et une douche me ferait également du bien.

C'est donc vêtu d'un jean et d'un t-shirt que je me prépare à quitter ma maison pour celle de Chuck, mes Rayban sur le nez, je laisse cette fois un mot à Jean expliquant que j'allais voir un ami et je sors.

Je ne met pas beaucoup de temps pour arriver chez lui, vivant à quelques maisons de la sienne, je tourne dans son allée, monte les marches et arrivant sur le perron, je prend une profonde respiration et sonne. Quelques secondes plus tard, Chuck m'ouvre, sa beauté me couple le souffle un moment mais je reprend vite le contrôle. « Vas y entres » Froid et distant comme je l'avais prévu. Je le suis dans la maison sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptySam 24 Mar - 14:35



Je lui dis donc d'entrée une fois que j'ouvre la porte, évidement ça serait plus simple qu'il reste dehors, qu'il soit pas là, je l'avoue rien que ça présence me rappelle que je sais même plus ce que je pense moi même de tout ce merdier. Bref, il entre en silence et je referme la pote derrière lui passant juste après ma main dans mes cheveux, je lui fais juste signe de me suivre, parce que certes l'entrée est l'endroit des discussions sans suite, mais sauf que c'est Eliott et intérieurement je me dis que lui réserver seulement l'entrée de la maison c'est ignoble, pas après tout ça. Enfin bon... en même temps après son mariage, je devrais justement lui réserver que ça mais bon... J'en suis incapable. On arrive donc sur la terrasse et je pose ma main sur mon pc pour le refermer. Je reste debout un moment sans savoir quoi dire et surtout comment commencer tout ça. A l'évidence j'aurais du y réfléchir certes, mais sur le coup c'est surtout sa réaction et tout le reste l'autre soir qui m'ont poussé à lui dire de venir pour mettre les choses au clair entre nous, pour lui dire qu'entre nous il n'y a rien, et que je couche avec la moitié de MontSimpa et que j'en ai entièrement le droit, et que j'ai pas envie d'être vu ensuite comme l'ex du mec hétéro... ouai je devrais lui dire ça sauf que.. j'arrive pas à trouver comment ni à faire franchir les mots de mes lèvres. Pitoyable, réellement !

Je savais pas que tu connaissais.. Colleen... Pitoyable, non mais qu'est-ce qu'on en a à faire ? Parce que si je l'avais su j'aurais pas couché avec ? Ouai bon ok peut-être que oui, sauf que lui ne doit pas le savoir, parce que ça voudrait dire que j'ai encore des sentiments pour lui. Et j'en ai plus, je le déteste pour tous ces actes... Il a pas à savoir à quel point il retourne tout ce que je pensais classé à mon passé... Alors bon ma phrase était débile, je me gifle intérieurement, surtout que j'en ai mis du temps à retrouver le prénom de la blonde. Faut dire que l'autre nuit, on avait pas parlé énormément de nos vies respectives. Je passe une nouvelle fois ma main dans mes cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptySam 24 Mar - 18:49

Chuck referme la porte derrière moi et l'on se retrouve dans l'entrée, souvenir trop récent d'un moment magique qui semble pourtant lointain, la tension est différente que ce soir là, mais nous sommes justement là pou réparer l'erreur commise cette nuit là. Il me fat signe de le suivre et je m'exécute toujours en silence, l'observant, cherchant à détecter un indice sur la suite même si je la connais plus ou moins, je n'arrive pas à capter son regard, ce qu'il pense en ce moment, ce qu'il ressent et ça me trouble légèrement. Je remarque qu'il est pied nu, simplement vêtu d'un jean et t-shirt, il a dû travailler chez lui, avantage quand on a un métier comme le sien. Il me guide vers la terrasse située à l'arrière de sa maison, son pc sur la table indique j'avais raison, il le referme d'un coup de main, j'examine les alentours histoire de m'occuper, incapable de le regarder dans les yeux, sans cette envie irrésistible de l'embrasser, j'attends qu'il parle, même si des tas de choses se bouscules dans ma tête, des tas de choses à lui dire mais je ne dis rien, restant dans mon mutisme, c'est lui qui voulait qu'on parle alors qu'il parle, je l'écouterais avec attention.

Au bout de quelques secondes qui me paraissent des minutes voire des heures, il finit par parler, « Je savais pas que tu connaissais.. Colleen... » Je le regarde légèrement étonné par sa confession à laquelle je ne m'attendais pas vraiment à vrai dire . Qu'est-ce que ça change qu'il la connaisse ou pas ? Ses mots sonnent comme une excuse et je ne m'étais absolument pas attendu à ça, je me retrouve déconcerté. «Ça n'aurait rien changé que je la connaisse ou pas, tu sais » Ce qui était vrai, le problème n'était pas vraiment là, il avait couché avec une fille, avec une autre personne, voilà le soucis, enfin le vrai soucis était tout simplement moi, oui c'était moi le vrai problème dans l'histoire, la jalousie m'avait tout bonnement envahis ce soir là et j'avais perdu le contrôle. Je le fixe dans les yeux dans cette fois « J'étais jaloux tout simplement et toi coucher avec une fille ? »
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptySam 24 Mar - 21:03


Il semble surprit de mes propos, alors comme ça oui lui aussi ça le choque que je dise ça ?! J'aurais mieux fait de me taire, non mais bientôt je vais m'excuser d'avoir une vie sexuelle en dehors de lui, depuis six ans alors qu'il est marié ?! Non mais limite je vais finir par lui demander de me pardonner mes écart, où va le monde avec tout ça ?! Il me fixe un instant alors que je détourne le regard tout en restant stoïque. Ça n'aurait rien changé que je la connaisse ou pas, tu sais... Je finis par enfoncé mes mains dans mes poches mon regard se noyant dans l'eau de la piscine. Certes... Je répond rien d'autre. Ok c'est légèrement voir totalement pitoyable comme réponse. Mais c'est vrai qu'il semblerait pas que ce soit le problème qu'il soit amis avec elle, bien que je comprend pas trop où est alors le problème. Enfin si je m'en doute, mais je veux pas y songer, parce qu'il n'a pas le droit d'y penser. Pas le droit de ressentir ça, parce qu'il n'a pas le droit d'être malheureux alors que c'est lui qui a tout gâché entre nous. Oui c'est peut-être égoïste mais je ne dirais qu'une seule chose... et alors ?!

J'étais jaloux tout simplement et toi coucher avec une fille ? Et il finit par le dire, je fixe l'eau, soupirant légèrement alors que je me force à rester de marbre face à ça. Et je repose mes yeux sur lui toujours aussi stoïque, ne pas craquer. Non tout ça n'est qu'une erreur, une simple connerie, qui n'aurait jamais du arriver et qui ne serait jamais arrivé si il n'avait pas aménagé ici. Je le fixe un moment. Je couche avec qui je veux Eliott ... Tu es marié tu n'as pas à être jaloux... et si un jour tu l'as eus ce droit tu l'as perdu depuis longtemps... Je reprend plus distant, mes poing se serrant à l'intérieur de mes poches. La vérité c'est que je m'en veux, de lui faire ça, de coucher avec autant de gens, alors que depuis l'autre nuit je ne pense qu'à lui. Parce que oui depuis cette nuit bien d'autre sont passé dans mes bras, et que pourtant je voudrais tout effacer, et c'est ça. Ça qui me tu !
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyDim 25 Mar - 22:36

Les mots étaient sortis tous seuls de ma bouche, exprimant simplement ma pensée, oui j'étais jaloux, oui je ne supportais l'idée qu'il couche avec d'autres, c'est égoïste, injuste et même horrible d'oser ressentir ça mais j'y peux rien, j'étais un monstre et j'en avais parfaitement conscience, mais je l'aimais plus que la vie même, je n'avais jamais cessé de l'aimer, et je me haïssais pour ça, c'est moi qui avait foiré, moi qui avait tout gâché, en une décision stupide, décision que je regretterais toute ma vie, que je devrais supporter toute ma vie, je devais juste arriver à me contrôler face à lui, je n'avais aucun droit de lui faire ça. «Je couche avec qui je veux Eliott ... Tu es marié tu n'as pas à être jaloux... et si un jour tu l'as eus ce droit tu l'as perdu depuis longtemps... » Exactement, je suis d'accord mais c'est justement cette réalité qui me tue, me ronge, me détruit à petit feu. Je le sens plus distant, pourtant son regard le contredit, je n'arrive pas trop à saisir son état d'esprit,je sens que cette conversation sera la dernière entre nous, que nous mettons simplement la situation au clair entre nous, enfin qu'il la met parce que encore une fois c'est moi qui ai dérapé. J'aimerais lui dire que j'ai compris, que je ne m'insinuerais plus dans sa vie, qu'il peut m'oublier, tourner la page, que je serais un simple voisin invisible, mais les mots restent bloqués dans ma gorge, je n'arrive pas à me résoudre que c'est la fin, je n'arrive pas à le quitter. Je répond donc simplement « Je le sais Chuck, mais c'est comme ça, j'y peux rien ! Mais je ne causerais plus de soucis, oublies moi... » Si mon corps m'avait écouté, je serais déjà dans la rue, en direction d'une destination encore inconnue pour moi, mais sûrement pas encore ici, planter sur sa terrasse, le regard dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyLun 26 Mar - 17:25


Combat de chien, violence et hargne tout ça à l'intérieur de moi qui s'acharne et s'entre-choc. Comment puis-je punir sa jalousie, alors que c'est la seule preuve qu'il y a encore de notre couple en morceau, comment lui interdire alors que chaque nuit depuis six ans je me dis qu'il est allongé auprès de sa femme, qu'elel est blottit dans ses bras, persuadé d'être aimé, d'être heureuse. Combien de fois ai-je voulu débarquer pour lui dire que non madame vous ne connaissez pas votre mari, que ce n'est pas ce mec bien propre sur lui, bien rangé, souriant et posé, qu'il est tout ce que vous voyez mais bien plus encore, qu'il peut être torride et violent, qu'il pouvait me gifler à me déboiter la mâchoire quand j'allais trop loin dans nos disputes, qu'il me faisait grimper au plafond, au septième ciel avec ses lèvres et son corps. Ouai madame votre mari ba il était pédé, et vous l'avez totalement émasculé. Je la haïs comme je l'envie cette femme dont je ne veux connaitre ni la personne ni la vie.

Je le sais Chuck, mais c'est comme ça, j'y peux rien ! Mais je ne causerais plus de soucis, oublies moi... Je le regarde mon regard s'assombrissant légèrement, mon point se refermant avec colère. Parce que oui je voudrais lui foutre dans la figure pour qu'il arrête ce genre de connerie. L'oublier ? Comment veut-il que je l'oublie , en six ans j'ai pas été capable de tourner la page, qu'autrement que de recoller des noms et des aventures plus ou moins passagère... Comment veut-il que je l'oublie alors qu'il se pointe au moment où Daniel a foutu le camp ?! J'ai plus rien à quoi me rattraper, plus personne à qui me raccrocher. Je ris, sans joie. T'oublier ? Sérieusement ? Mais Eliott t'es à ce point con ou c'est la vie d'hétéro qui t'a rendu débile ? Comment veux-tu que je t'oublie quand tu passes à l'autre bout de la rue, que tu y vis et que tu y dors ? Quand tu ramènes ton c*l dans les bars où j'ai l'habitude de sortir pour me changer les idées ? Maintenant en plus de hanter mon passé tu hante carrément la ville, comment suis-je censé t'oublier hein ? ! Je le regarde quelques secondes avant de soupire, me détournant en passant une main dans mes cheveux. Ok j'aurais peut-être pas du le traiter de con et de débile ni y aller si fort, mais j'y peux rien. Une demie seconde j'ai l'impression de retrouver nos disputes de couples, une seule secondes car après la réalité revient. mais il peut bien me gifler, peu importe c'est la réalité, je ne peux pas l'oublier !
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyMer 28 Mar - 15:43

Je fixais l'eau de la piscine sans réellement la voir, mon esprit occupé par d'autres pensées, tellement d'autres, des centaines qui se bousculaient dans ma tête, mon corps toujours figé sur place. Une petite partie en moi espère qu'il me dise qu'il ne m'oubliera jamais, qu'il en est incapable et pourtant une plus grande partie espère l'inverse, qu'il tourne la page, moi seul doit continuer de souffrir dans cette histoire pas lui, il a assez subi comme ça et je devrais partir là maintenant, tout de suite mais j'en suis incapable, c'est égoïste mais mon corps refuse de bouger, je tourne lentement mes yeux vers lui lorsqu'il se met à parler « T'oublier ? Sérieusement ? Mais Eliott t'es à ce point con ou c'est la vie d'hétéro qui t'a rendu débile ? Comment veux-tu que je t'oublie quand tu passes à l'autre bout de la rue, que tu y vis et que tu y dors ? Quand tu ramènes ton c*l dans les bars où j'ai l'habitude de sortir pour me changer les idées ? Maintenant en plus de hanter mon passé tu hante carrément la ville, comment suis-je censé t'oublier hein ? ! » Je retrouve le Chuck d'antan, son impulsivité naturelle, sa capacité à insulter l'autre si vite, même si ses mots me faisaient mal, s'incruster en moi telle des lames, il avait raison, mais que pouvais-je faire cette fois-ci ? Le destin , la vie, le hasard tout était fait pour nous rapprocher mais la réalité était toute autre, nous ne pouvions pas être ensemble, nous ne le pouvions plus, même si un simple mot de sa part et je serais prêt à divorcer, je savais qu'il ne le ferait pas, je l'avais trahi, je l'avait blessé à un tel point qu'aucun retour en arrière n'était possible. Et il y avait Jean, elle n'avait rien demander, elle n'y était pour rien dans cette histoire, son seul tort avait était de tomber amoureuse de moi au bon moment ou mauvais plutôt. Mon regard était à présent fixé sur lui, et la réalité de la situation me frappa en plein visage, nous étions coincé, aucune issue de semblait possible « Oui peut-être bien que je suis con, mais qu'est-ce que tu veux que je te dises à la fin ? Que je n'irais plus dans les bars ? Ok ! Mais tu crois vraiment que ça changeras quelque chose ? Si j'étais seul dans cette histoire, je serais déjà à des kilomètres à l'heure qu'il est mais j'ai des responsabilité, je ne peux pas leur demander de déménager une nouvelle fois, tu le sais bien ! Alors dis -moi ce que je peux faire, je le ferais, n'importe quoi  pourvu que tu avances et ne souffres plus, c'est tout ce qui m'importe ! »Ma tête allait exploser, nous étions dans une impasse et ça m'énervais parce qu'une fois de plus Chuck allait en souffrir, je ne le supportais pas, je ne pouvais plus supporter ça !
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyMer 28 Mar - 18:51


Nous sommes là avec la très nette impression de nous disputer comme avant, lorsqu'on était ensemble. Et pourtant rien est plus comme avant, rien, absolument rien. Et ça me tue autant que ça nous détruit, moi encore plus. Moi et mon manque de famille, et ma solitude, et le fait qu'en six ans j'ai pas avancé alors que lui à maintenant trois enfants et une femme qui a le droit de chaque soir s'endormir dans ses bras avec l'idée et la pensée d'être aimée...
Oui peut-être bien que je suis con, mais qu'est-ce que tu veux que je te dises à la fin ? Que je n'irais plus dans les bars ? Ok ! Mais tu crois vraiment que ça changeras quelque chose ? Si j'étais seul dans cette histoire, je serais déjà à des kilomètres à l'heure qu'il est mais j'ai des responsabilité, je ne peux pas leur demander de déménager une nouvelle fois, tu le sais bien ! Alors dis -moi ce que je peux faire, je le ferais, n'importe quoi pourvu que tu avances et ne souffres plus, c'est tout ce qui m'importe ! Je serre les dents mon poing se contractant par la colère, je fais demi tour avançant vers la piscine lui tournant le dos. Calmes toi Chuck, allez c'est rien. Merde ce n'est qu'une simple nuit, rien de plus, et tout va rentrer dans l'ordre, tant que je ne le revois pas. Ne me parle pas d'eux... Ne me parles pas de ta p*tain de famille qui ne vit que dans l'idée d'un père modèle alors que tu caches à tout le monde ta véritable nature !!! Je réplique au sujet du fait qu'il ne veuille par leur imposer un nouveau déménagement, qui puis-je si il s'est marié, hein ? J'étais contre moi !

Mais bordel t'es débile ?! Eliott arrêtes de vouloir jouer sur les deux tableaux, tu veux rendre ta petite famille heureuse ? Fine, mais tu peux pas concilier alors le fait que je souffre ou pas... Et puis sérieusement tu m'as regardé ? J'ai avancé Eliott, j je souffre pas... je ne supporte pas l'idée de te savoir là certes mais en quoi je souffrirais ?! Dude réveilles toi ça fait six ans que t'es partit... je suis passé à autre chose. Je sourie faussement, jouant au con. Être blessant, méchant je sais que je vais regretter mais la de suite ce que je veux c'est le toucher, le blesser, lui faire mal autant qu'il m'en fait... Peu importe le reste... Même si ça n'avance rien en effet... Je passe mes mains dans mes cheveux soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyJeu 5 Avr - 21:22

Je le fixais droit dans les yeux, que voulait-il à la fin ? Pourquoi m'avait-il fait venir chez lui ? Je l'écoute me dire qu'il ne veut pas que je lui parle de ma famille, et je me sens coupable mais elle est bien là, elle existe je ne peux pas l'ignorer, puisque c'est là tout le problème. Puis une insulte de nouveau, la colère se lisait clairement dans ses yeux « Mais bordel t'es débile ?! Eliott arrêtes de vouloir jouer sur les deux tableaux, tu veux rendre ta petite famille heureuse ? Fine, mais tu peux pas concilier alors le fait que je souffre ou pas... Et puis sérieusement tu m'as regardé ? J'ai avancé Eliott, j je souffre pas... je ne supporte pas l'idée de te savoir là certes mais en quoi je souffrirais ?! Dude réveilles toi ça fait six ans que t'es partit... je suis passé à autre chose. » Il avait raison, mais pourquoi ne me demandait-il pas tout simplement de partir ? Me dire qu'il me déteste et qu'il ne veut plus jamais me revoir, ça simplifierait les choses, un peu du moins, savoir qu'il me hait m'aiderais à partir mais là j'en suis incapable, je refuse, égoïstement je ne veux pas le quitter de la sorte. Oui je simulais une vie depuis plus de six ans, une vie qui n'était pas la mienne, une vie que je haïssais mais qui était la mienne et dont je ne pouvais ignorer l'existence, ma femme, mes enfants étaient bien réels, innocents dans cette histoire, quoi que je fasse des personnes vont souffrir, je me sentais impuissant et ça m'énervais, une impression que tout s'écroulait autour de moi, ce face à face avec l'impasse me surpassait totalement. D'une voix faible, les yeux cette fois rivés sur le sol, incapable de le regarder sans craquer et dire quelque chose que je risquais de regretter, je répondis « Ok Chuck, dans ce cas envoies-moi balader, dis-moi que tu ne veux plus me revoir, dis-le et je partirais sans me retourner, je te laisserais tranquille » Je finissais ma phrase en reposant mon regard sur le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyVen 6 Avr - 22:05


A la suite de mes paroles je le vois baisser les yeux. Ça me fait mal, parce que je sais que je le blesse je sais qu'il en est sans doute tout autant incapable que moi de me virer... Enfin je pense, j'espère, j'y crois... Parce qu'au fond, il y a six ans, c'est pas notre amour qui a servit à le garder auprès de moi, qui a servit à sauver notre couple. Alors oui je suis rendu à juste espérer qu'il y ait ces sentiments qui semblent en moi tout incendier et ne pas réussir à s'étendre, malgré la tonne d'eau que je jette dessus, malgré le fait que j'essaye d'étouffer ce feu ardent en étouffant mes pensées et nos souvenirs... Non rien n'aide a l'oublier tout simplement...

Ok Chuck, dans ce cas envoies-moi balader, dis-moi que tu ne veux plus me revoir, dis-le et je partirais sans me retourner, je te laisserais tranquille Il relève la tête et je croise son regard à la fois sur de lui et pourtant tellement... tellement lui. J'avale ma salive en même temps que la tonne d'insultes qui ne veulent que sortir de ma bouche pour lui faire remarquer à quel point il est stupide, totalement débile. Et que j'en suis incapable, qu'il devrait le savoir, parce que c'est pas moi bordel qui suit aller voir ailleurs, qui me suit marié à une femme où je ne sais quoi d'autre comme avoir des enfants avec cette-dite femme. Non c'est pas moi tout ça ! Mais ça devrait pas exister, parce que comme je lui ai dit je devrais avoir tourné la page depuis le temps. Six années ça fait beaucoup trop de temps à attendre un fantôme du passé... Où même à l'aimer et vivre dans ces souvenirs... Je détourne le regarde en faisant quelques pas vers l'eau puis revenant vers la table. Tu sais que j'en suis incapable Eliott... Je finis à avouer dans un soupirer ma colère étant retombé face à cet aveux.
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyDim 8 Avr - 2:50

Mon regard toujours plongé dans le sien, je me retiens de tout mouvement, une envie de tout balancer et de le prendre dans mes bras aussi, un étrange sentiment mixte. Mais je reste là à le regarder, lui, le seul homme que je n'ai jamais aimé, le seul qui fait battre mon cœur, celui que j'ai abandonné, celui que j'aimerais à jamais mais que j'ai perdu à jamais aussi, cette idée créé une boule dans mon ventre, une douleur inqualifiable, brûlant chaque organe autour petit à petit. Je le vois bouger, aller vers la piscine puis revenir vers moi, une expression lasse sur le visage, moi qui m'attendais à une nouvelle crise, qu'il me dirait tout simplement de partir, j'étais un égoïste, je méritais qu'il me chasse même si ça me tuerais si il le faisait, je le méritais amplement. Mais au lieu de ça, il ne dit que ces quelques mots qui m'anéantissent en une seconde et me troublent « Tu sais que j'en suis incapable Eliott... » Bien-sûr que tu en es en ai capable ! Je t'en prie dis le moi, hais-moi, donne moi une raison de partir. Je ne comprenais pas ce que je faisais ici, pourquoi m'avait-il appelé ? Pour ma crise au bar, ok j'avais merdé, le fait qu'il ai couché avec Colleen m'avait fais mal, sûrement parce que c'était une amie, mais surtout parce que je savais que je n'aurais plus le droit de le toucher, que je n'avais été qu'un coup d'un soir comme elle. « Pourquoi ? Tu me hais à présent, je le sais bien et tu as le droit, après ce que j'ai fais, je le mérite mille fois ! J'ai merdé au bar, je le sais, j'aurais pas du, je te demande pardon une fois de plus » Ma voix est faible et les mots restent presque bloqués dans ma gorge, instinctivement j'avance de quelques pas vers lui mais stoppe net, je sais que c'est bientôt la fin, que je dois partir et le laisser vivre sa vie, une vie sans moi. Une soudaine envie de sauter dans l'eau et d'y rester me prend, vivre sans lui se résume à mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyDim 8 Avr - 3:08


Je le fixe avec sérieux, avec une lassitude que j'arrive pas à faire disparaitre. Parce que oui tout cela me fatigue, notre passé, notre manque de futur, ce rendez-vous qui ne rime à rien, lui, moi, mes réactions, ses choix... tous ! Nos vies me fatiguent. Je n'ai plus ni le goût ni même le courage de continuer, à quoi bon après tout ? Il devrait le savoir ? Me connais-tu réellement ? Où toi aussi essayes tu de déchiffrer comme moi ce que l'autre est devenu ? ais-je changé autant que toi tu as changé ? Suis-je devenu si lointain que toi ? Nous sommes nous vraiment tant éloigné où est-ce la rupture et la douleur qui me font penser ça ? Je sais plus... Je ne sais plus rien du tout. Justement je comprend plus. Il me regarde et nos yeux se détournent pas. Même si je vois la surprise dans son regard.. Quoi ? Tu pensais que j'allais te virer ? Tu ne me connais plus à ce point ? A ne plus savoir à quel point t'es pas comme les autres pour moi, à quel point depuis que tu m'as fait choisir entre les autres hommes et toi il y a bientôt dix ans tu n'es pas comme toutes ces personnes qui m'insupporte ?! Non tu ne me connais plus, parce que moi même je ne sais plus qui je suis, ce que je pense de toi, de ça de nous...

Pourquoi ? Tu me hais à présent, je le sais bien et tu as le droit, après ce que j'ai fais, je le mérite mille fois ! J'ai merdé au bar, je le sais, j'aurais pas du, je te demande pardon une fois de plus. Je le fixe s'approcher puis s'arrêter net. Je dis rien. Merdé au bar ?! Évidemment que t'as merdé au bar, non mais sérieusement tu joues l'homme marié et tu oses faire une crise quand je couche avec d'autre ?! Ma mâchoire se contracte par la contradiction qu'amène ce sujet. Ouai t'as merdé ! ... Je souffle tout en me rapprochant de lui. C'est indéniable, son corps, lui, tout.. c'est un aimant... Je sais que je devrais pas, il devrait déjà être sur le perron, mit à la porte. Et tu devrais plus revenir ici, Eliott... Première fois que je prononce son prénom, étrangement même en conversation directe je n'ai jamais eut à le dire... Je suis pourtant si proche de lui à ce moment là, et évidement ma main frôle son cors, et c'est foutu. Il peut bien me repousser... je sais qu'il en a autant envie. C'est bien ça le problème, il en a envie... je le sais, mais il est marié, et moi je devrais avoir tourner la page... je devrais... ma main glisse dans sa nuque alors que j'attrape ses lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyDim 8 Avr - 3:39

Tout semble s'écrouler autour de moi, l'espoir, l'envie d'avancer, de continuer, l'envie de vivre, tout dérape à cause d'une simple décision, qui a tout changé, tout détruit, j'ai tout détruit ! « Ouai t'as merdé » l'entendre confirmer accentue le nœud dans mon corps, tandis qu'il s'approche, « Et tu devrais plus revenir ici, Eliott... » son ton est sec pourtant son corps de plus en plus proche du mien contredit ses paroles, nos corps ont toujours fonctionné ensemble, tel des aimants, attirés l'un à l'autre lorsqu'ils étaient si proches, comme un besoin vital d'être uni. Je devais partir maintenant, tout de suite comme il me le suggérait indirectement, mais mon corps refuse de bouger, semble communiquer avec celui de Chuck indépendamment de nous, de notre raison qui nous pousserait à simplement se séparer. Sa main frôle ma peau, enflammant instantanément mon corps, tout devient soudain flou autour de nous, je ne vois que lui, non ne fais pas ça, je le supplie intérieurement mais ne dit rien égoïstement, parce que j'en ai autant envie que lui, je sens son envie et ça me trouble, nous n'arriverons jamais à nous quitter. Mon regarde fixe le sien, je sens sa main glisser sur ma nuque et en un rien de temps mes lèvres se retrouvent scellé aux siennes, effaçant toute raison, toute volonté, je passe ma main derrière sa nuque, empoignant légèrement ses cheveux, rapprochant ainsi son visage, répondant à son baiser avec une passion presque animale, déversant dans cet échange toute ma douleur, ma rage contre moi-même et contre le monde entier, mais aussi tout mon amour pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyDim 8 Avr - 4:02


Évidement à croire que mon inconscient l'avait prévu, à croire que c'était un piège, que je savais ce qui allait arriver. On était censé discuter, j'étais censé le virer, remettre les choses au clair, mettre les points sur les "i" ! On doit pas faire ça, on doit s'engueuler, il doit rentrer chez lui, ne plus me voir, on doit plus e voir. que se croiser de loin, je veux plus rien avoir à faire avec lui, sa famille et le reste. C'était ça qui était censé se passer. Et non pas se qui est entrain d'arriver à grand pas sans que je puisse le rejeter...
Je sens ses mains venir dans ma nuque alors qu'il ne me repousse même pas, il me gifle pas, me vire pas, ne me dit pas qu'il est marié et qu'on ne doit pas. Je devrais le faire, il devrait le faire, et l'un comme l'autre, aucun ne semble vouloir revenir à ce qu'on est censé faire dans la normalité.
Je finis par m'éloigner pour reprendre mon souffle, étrangement mon souffle s'étant nettement saccadé face à ce simple geste. Un acte si simple et tellement répété sur des personnes si différentes et qui pourtant chez lui me fait entièrement perdre la tête. Tu... tu devrais partir ! Je reprend doucement, plus comme un conseil. Comme un conseil pour nous deux, soupire qui ne sert à rien. Car quelques instants plus tard je reprend possession de ses lèvres, entre la raison et l'envie de toute manière ça fait bien longtemps que je ne met plus de barrière. Depuis qu'il m'a quitté j'ai arrêté de dire non quand j'ai envie... Et avec lui, c'est encore pire. Mes mains glissent dans son dos, glissant sous son tee-shirt pour rencontrer sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyLun 9 Avr - 1:44

Nous voilà de nouveau les lèvres sceller alors que nous devrions nous séparer, se quitter à jamais, je devrais déjà être dans la rue, le cœur en morceaux, maudissant ma misérable vie, abandonnant une nouvelle l'homme de ma vie mais non indéniablement nos corps s'attirent encore une fois, nos lèvres s'unissent dans un baiser, comme elles avaient l'habitude de faire plus de six ans auparavant. Je devrais le repousser, l'empêcher de continuer, l'un de nous deux devait stopper ça mais j'en étais incapable. Je le sens soudain quitter mes lèvres pour reprendre son souffle, je reprend le mien aussi, mon rythme cardiaque s'étant dangereusement accélérer. Je dois partir maintenant, il le faut mais une partie de moi espère que Chuck m'empêche, me retienne. «  Tu... tu devrais partir ! » ses mots sonnent comme un conseil, comme si il me demandait d'être le plus raisonnable des deux, de prendre la bonne décision cette fois -ci. Je le fixe un instant mémorisant cet instant, son visage qui sera de toute manière graver à jamais dans ma mémoire, et décide vraiment de partir lorsque mes lèvres se retrouvent collées à celles de Chuck en un rien de temps, anéantissant toute volonté de mon esprit, j’entrouvre les lèvres pressant une nouvelle fois son visage au mien, tandis que sa main glisse sous mon t-shirt. A quoi cela va-t-il encore nous mener ? Il me désire toujours autant que moi je le désire, autant que j'ai besoin de lui mais il ne me pardonnera jamais mon erreur et être si près de lui ne l'aidera pas, mais mon corps a besoin du sien, et une fois de plus l'égoïsme en moi prend le dessus, le besoin vital de sa peau prime sur tout le reste, peu importe la suite. Je pose mes mains autour de son visage, pressant mes lèvres sur les siennes dans un baiser fougueux.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyLun 9 Avr - 10:46


On s'écarte un moment, et j'aurais pas du de nouveau l'embrasser de la sorte, j'aurais du le laisser partir, tourner les talons. Tourner la page. Il serait grand temps... Mais non, j'en suis incapable, je peux pas... Et je me rejette dans ce gouffre qui commence à se faire deviner comme sans fin. Je retrouve ses lèvres, sa peau et pu importe, si vraiment il teint à partir je ne pourrais pas le retenir, mais après tout si il m'a blessé et trahit, l'attraction de son corps laisse la même. Les sentiments n'ont absolument rien à faire la dedans, c'est juste son corps, et il est marié, et je suis libre de mon côté. Après tout ce n'est que le corps de l'un et l'autre, non ?! Anyway.

Je sens ses mains revenir dans ma nuque, alors qu'un soupire d'aise s'échappe de mes lèvres. Il reste, du moins il ne me repousse pas là, pire nos corps se rapprochent et je n'ai plus qu'une envie, c'est ne pas le voir partir, qu'il reste. Mes mains glissent sur la peau de son dos, qui en si peu de temps depuis cette fameuse nuit, me manquait déjà. Le faisant reculer contre la table, il me faut peu de force pour le soulever et le faire s'asseoir dessus avec "douceur" ou du moins assez de douceur pour ne pas être trop brutale et lui faire mal. Mais la fougue de le retrouver, cette fougue qui transforme nos baisers en feu incendiaire rend les choses plus animale, comme l'autre jour, comme si depuis trop longtemps on en avait manqué...
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyLun 9 Avr - 12:32

Mon corps réclame le sien, toute raison a disparu de nos esprit, une nouvelle l'appel du désir a été plus fort, mes lèvres collées aux siennes semblent revivre après un long moment, comme si la nuit que l'on avait passé ensemble remontait à des siècles. Ma main glisse sur son torse tandis que l'autre retrouve sa nuque, je me sens pousser doucement vers la table, ses mains agrippées sur mon corps me soulèvent et accroché à lui je l'aide dans cette démarche emporté par la passion du moment, il est doux dans ses gestes comme toujours avec moi mais l'envie presque animale est là aussi. En un rien de temps, nous nous retrouvons lui et moi uni dans un baiser passionné comme si le monde autour n'existait plus, comme si notre histoire était toujours comme il y a six ans, intacte. Je me retrouve assis sur la table, Chuck collé à moi mes jambes autour de lui, mes lèvres quittent un moment les siennes pour dévier dans son cou, embrassant chaque parcelle de sa peau, mordillant de temps en temps sous l'excitation. Le feu qui nous anime ravivé plus intensément que jamais, mes mains agrippe son haut dans son dos, comme pour l'arracher, glissent le long de son dos pour passer sous son t-shirt et le faire lentement remonter et lui retirer. Sans quitter Chuck des yeux, je balance son haut tandis que mes lèvres replongent sur sa bouche, mes mains caressant sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyLun 9 Avr - 15:57


Evidement il est pas contre. On est pas contre. Ses mains, ses lèvres, son corps, tout montre qu'il est au même degré d'envie que moi, que j'ai rien à me reprocher face à lui, il est pareil. Et ça me tue ! Il est marié, c'est lui qui devrait m'arrêter, pas moi . Pourtant s'il m'arrêtait, mon monde s'arrêterait je pense... Une fois délaissé, y'a six ans abandonné, délaissé par une vie qu'on voulait pour lui... Je supporterait pas de le voir de nouveau tourner les talons, même si là ce n'est que du sexe, même si là ça ne signifie rien. Ni pour moi, ni pour lui, hein ?!

Ses mains dans mon dos anime chaque parcelle de ma peau, la fait se réveiller, se transformer en brasier. Je ne peux juste pas mieux savoir qu'au moment même que ma peau est faite de millier de capteur et que là ils sont tous en éveille pour sentir ses mains. Mon tee-shirt remonte et je me détache d'Eliott qui attrape mon tee-shirt avant de le jeter plus loin, un léger sourire franchit la barrière de mes lèvres. Je devais pas sourire, je devais pas être aussi "heureux" de ses mains, je devais même pas sentir ses mains normalement aujourd'hui ! Mes doigts s'agrippe à son tee-shirt que je vire à l'identique du mien l'envoyant valser près de la piscine, alors que mes lèvres reviennent sur les siennes puis glissent sur son torse, je l'allonge sur la table, me penchant au dessus de lui ma langue glissant sur son ventre alors que mes doigts s'attaquent à sa ceinture...
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyMar 10 Avr - 21:09

Je m'apprête une nouvelle à tromper ma femme pourtant ça me ne semble pas « interdit » mon corps a toujours su qu'il appartenait à Chuck et non à Jean, je me sentais plus coupable lorsque je couchais avec Jean que là maintenant ou durant la dernière nuit passée avec lui. Être avec lui, l'embrasser, le toucher, ça me paraissait plus habituel qu'autre chose. Pourtant, nous allions tout les deux droit dans le mur mais l'attraction était bien trop forte entre nous, un simple geste, un touché et le reste était incontrôlable, notre raison devenait prisonnière notre pulsion, notre envie insatiable. Ne pas penser à l'avenir, aux conséquences, ne penser qu'à l'instant présent, à lui, son corps, ses lèvres, sa peau, lui, uniquement lui occupait mes pensées actuellement.

Nos lèvres se scellent une fois de plus, mon haut rejoint rapidement celui de Chuck, ses lèvres dévient sur mon torse tandis que ses mains m'allongent sur la table, mon cerveau hurle, le supplie d'arrêter mais ma gorge reste nouée, aucun son n'en sort, mon corps obéit simplement tel un traite, sa langue glisse le long sur ma peau, je sens ses doigts sur ma ceinture, je me crispe légèrement, fermant mes yeux, j'abandonne mon combat intérieur, que je sais perdu d'avance, mes mains viennent se poser sur ses cheveux, attrapant sa tête pour le faire doucement revenir à moi pour l'embrasser à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyMer 11 Avr - 8:59


Je sens ses doigts tirer mon visage vers le haut, et je me laisse faire pour revenir l'embrasser avec fougue. Mes doigts pourtant n'arrêtent pas de défaire son jeans, et cela fait je le descend le long de ses hanches pour l'entendre vaguement tomber au sol. Un sourire amusé aux lèvres je dévie dans son cou puis arrivant à son lobe d'oreille mes dents se referment sur sa peau avec douceur. Tandis que je glisse ma main dans son boxer retrouvant l'intégralité de son corps qui me manque sans relâche, qui me tente à chaque fois sans que je veuille réellement me l'avouer. Enfin si je m'avoue que son corps se manque, mais est-ce le seul facteur qui sot prit en compte dans l'existence et le lien qu'Eliott à sur moi ? Aucune idée ? Ais-je envie de le découvrir ? Non parce que je vis très bien dans ce mensonge qui me permet de continuer à vivre.

A quoi cela servirait que je me morfonde en restant chez moi, à me dire qu'Eliott a été l'homme le plus important de ma vie, mais qu'il a maintenant une femme ?! Non je ne veux pas y penser tout simplement, vivre c'est bien plus facile sans y songer.
Mes doigts glissant sur son entre-jambe, je commence des va-et-vients sur lui avec amusement. Six ans sans le toucher, et en seulement deux semaines c'est déjà la deuxième fois... Je rejoins une nouvelle fois ses lèvres pour y déposer un simple baiser et je m'en éloigne. Attends... je reviens... Je me redresse pour m'éloigner. Ok ça casse notre élan et peut-être qu'il va en profiter pour se tirer, je sais pas mais... autant casser le truc maintenant pour aller chercher un préservatif dans la maison. Remettant mes cheveux en arrière je passe vers mon salon pour ouvrir un meuble. Oui j'en ai a peu près partout dans la maison, quand je vide mes poche de jean je les fiche un peu partout... Au moins je sais qu'il y en a toujours quelques part. Je fais demi tour pour rejoindre alors la terrasse.
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyJeu 12 Avr - 0:54

Mes lèvres ne se lassent pas des siennes, si mon corps pouvait respirer d'une autre manière, ma bouche ne quitterait jamais la sienne, mais le corps n'est pas si bien fait que ça finalement et le manque d'air arrive trop vite dans mes poumons mais je lutte jusqu'à la limite du possible, ses doigts débouclant ma ceinture puis le bouton de mon jean, avant de le faire lentement glisser au sol, tandis que ses lèvres quittent finalement les miennes pour dévier vers mon cou, j'en profite pour reprendre mon souffle, laissant échapper un faible gémissement alors que ses dents se referment sur mon lobe, sa main glisse dans mon boxer, ma peau s'enflamme à son contact, mes lèvres se posent sur la peau de son épaule, mes mains caressant son dos. Je sens son envie, son désir de mon corps comme si tout en lui le criait mais me désirait-il moi aussi, m'aimait-il encore ? Ou étions-nous simplement en train d'assouvir une simple pulsion ? Je ne saurais le dire même si au fond de moi je connais la réponse.
Ses doigts s'enroulent autour de mon entrejambe et commence des va-et-vient, mes lèvres parcourant la peau de son cou avant de rejoindre ses lèvres, où Chuck dépose un simple baiser avant de s'éloigner. Attends... je reviens... Il rentre dans la maison, il me demande de l'attendre, à moitié nu sur la table, dois-je partir ? Oui certainement, il le faut, tout ça ne rime à rien, je dois stopper ça avant que ça n'aille trop loin, je suis marié, j'ai une femme et des enfants, je ne peux pas les trahir de la sorte une fois de plus. Les yeux fermés allongés sur la table, je cherche en moi le courage, la volonté de partir, me relevant en position assise, un faible courage en moi qui peut se rompre à tout moment,mais au même moment Chuck réapparaît, un préservatif à la main, et à sa simple vue toute volonté disparaît une fois de plus, je le laisse s'approcher, l'attire par la nuque et replonge sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyJeu 12 Avr - 1:45


Il aurait pu se casser, je serais revenu dans un jardin vide, sans lui, sans son corps, sans tout ces conneries qu'on fait, ces trucs qu'on enfreint... je l'aurais détesté, haïs mais au fond ça aurait été tellement mieux... Il aurait pu se casser, après tout je lui ai dis que j'avais tourné la page, je lui ai dit qu'il n'y avait rien qui le retenait, je veux qu'il se barre avec sa petite famille parfaite... Pourtant quand je reviens et que je le vois assis sur la table y'a comme un poids qui s'envole. Poids que je sentais même pas sur moi et pourtant je me sens bien.. Je le rejoins et ce sont ses mains qui m'attrapent pour me faire retrouver ses lèvres.
Je l'embrasse avec force, alors que je sais très bien qu'au fond il allait se barrer. Quelques secondes de plus et il aurait été debout, rhabillé... ses yeux ne le trahissent pas devant moi, je sais bien qu'il allait partir... Comme moi je voulais vraiment le virer dehors... Je sais qu'il a envisager de se casser, qu'il allait y arriver... Mais comme toujours y'en a un des deux qui se pointe... et ça fait voler la volonté de l'autre en éclat, évidement.

Je laisse tomber le préservatif sur la table à côté de nous, ne m'en préoccupant même plus tant les lèvres d'Eliott sont accaparantes. Mes mains glissent sur sa peau, l'une d'elle revenant à mon activité précédent mon départ vers le salon. Mes doigts caressant sa peau et faisant des va et vient sur son sexe, mon autre main glisse dans son dos avec douceur mélangée à une animalité féroce. Oui c'est totalement paradoxale, le problème est là, il y a tout de réunit. L'envie de pas le blesser, de pas le frustrer, l'envie de rester doux de toujours le "protéger", mélangé à celle de le dominer, de me sentir en lui, de le prendre avec fougue, de succomber au plaisir et au désir ardent... Alors oui ça se mélange toujours c'est trop... compliqué, trop étrange. Sans le vouloir c'est toujours mon corps qui réagit et non ma tête en faite.
Abandonnant ses lèvres je descend rejoindre ma main, mes lèvres prenant le relais...
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Invité
Invité



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptyVen 13 Avr - 22:58

C'est fou comme Chuck a cette emprise sur moi, ce don de me faire perdre tout contrôle de moi-même, j'étais décidé à partir, certes ma volonté été faible, qu'un simple regard de sa part a fait voler en éclat mais elle était bien là, il fallait que je sois raisonnable, que je prenne cette décision mais au lieu de ça, je l'attrape par la nuque et le colle à moi, l'embrasse avec passion, déversant ma colère contre moi-même, mes mains glissant dans son dos puis dans son jean tandis que la sienne, revient sur mon entre-jambe, reprendre son va-et-vient, je lui mord la lèvre inférieur sous l'effet du désir, mes lèvres déviant ensuite sur son cou et glissent pour embrasser ses omoplates, mes mains caressant son corps, je sens la sienne dans mon dos, douce mais avec une certaine fougue, comme Chuck l'a toujours été avec moi, le feu et la glace dans une union parfaite, lui habituellement fougueux, caractériel, était attentionné et doux avec moi, mon tempérament calme avait tendance à déteindre sur lui quand nous étions ensemble, tandis que moi je laissais souvent mon côté plus sauvage ressortir sans être une bête non plus, nous étions toujours en parfaite harmonie, qui bizarrement était là aussi maintenant, plus de six ans après, malgré tout ce qui s'était passé, même si nos sentiments avaient sûrement changé, évolué, disparut ou enfouit, nos corps n'avaient rien oublié. Nos lèvres se rejoignent alors pour un énième baiser puis Chuck qui les miennes pour glisser prendre le relais de sa main sur mon entre-jambe, ma tête bascule en arrière, alors que les mains se crispent sur le bord de la table.
Revenir en haut Aller en bas
Chuck B. Onekung
la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.
Chuck B. Onekung

messages : 4000
arrivée : 25/10/2011
avatar : hnh.
multinicks : //
disponibilité : toujours.
crédits : .sparkle
real life : nevada.stick

activité : étudiant.
bonus à long terme : 839
▼la base du viagra c'est l'ADN de Chuck Norris.

« Le temps confirme l'amitié. »
humeur: chuck quoi.
adresse: une grande maison presque familiale
répertoire:

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ EmptySam 14 Avr - 21:42


Je migre donc vers... son sud si on peut dire tandis que je le sens se tendre sans pour autant m'arrêter. Non se tendre de manière... disons à ce que je vois que ça semble lui plaire. Ses mains se tordent sur le bords de la table alors que je sourie mentalement. Ma langue glissant le long de sa peau dans une attitude plus que provocatrice, finalement j'arrête de le "torturer" mes lèvres glissant pour commencer à faire des va-et-vient remplaçant les mouvements de ma main. Celle-ci glisse alors sur sa cuisse caressant sa peau.
Et oui c'atait pas censé en arriver là, loin même. On était censé remettre les pendule à l'heure, moi je devais lui dire que sa réaction à la super Bowl fallait arrêter, qu'il était grillé, qu'il allait vite se faire griller. Et que si moi cela ne m'importait guère -faux- je pense que lui préférerais pas que sa précieuse Jean soit au courant de cela. Oui j'étais censé lui dire cela, il serait repartit, et moi je me serais un instant détester avant de me rappeler que j'ai très bien vécu ainsi pendant six ans et que je peux continuer, et peut-être un jour tourner la page. Seulement ça a dérapé. Comment ? Bonne question, très bonne question même. Et on se retrouve là, Eliott nu devant moi, assis sur ma table de salon et moi entrain de remonter lentement sur son torse pour revenir l'embrasser avec fougue et brusquerie tellement j'en ai envie, de lui de tout...
Revenir en haut Aller en bas
http://scrout-a-petards.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé



parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty
MessageSujet: Re: parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\ Empty

Revenir en haut Aller en bas

parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» parfois on regarde les choses tels qu'elles sont en se demandant pourquoi... eliott /hot\
» Les dessins (et autres) de Clary.
» Il faut reveiller nos memoires! Elles sont trop courtes!
» Cassiopée ♦ Les plus jolies choses du monde ne sont que des ombres
» Avez -vous honte parfois ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE SIMS™ play with life. :: 404 ERREUR :: DEMOLIR LE TERRAIN :: Corbeille PWL 1.0 :: Cimetière rpgique-